^

Notre classe

Nos vies valent plus que leurs profits

Air France. Après 3 suicides, les travailleurs de l’aéroport de Marseille entrent en grève

Pour les seuls mois de novembre et décembre, 3 employés d'Air France se sont suicidés à l'aéroport de Marseille-Provence. Face à cette situation, un appel à la grève a été lancé par la CGT, pour ce lundi 7 janvier.

jeudi 3 janvier

Crédits photos : PHOTO - AFP/ARCHIVES - JOEL SAGET

C’est une véritable vague de suicides qui touche les salariés d’Air France. Trois d’entre eux, en escale à l’aéroport de Marseille-Provence, ont en effet mis fin à leurs jours entre seulement deux mois.

Une situation dramatique qui a amené la CGT a appeler à la grève, de 10h à 14 heures, ce lundi 7 janvier. Le syndicat dénonce une « dégradation des conditions de travail » et « la pression psychologique » dont sont victimes les employés de l’entreprise, par la voix de Aimé Musto secrétaire général adjoint de la CGT Air France. Ce dernier a précisé qu’à l’heure actuelle, « on ignore s’il y a un lien avec leur travail ».

Alors qu’un CHSCT extraordinaire a été convoqué pour ce 9 janvier, la direction de la compagnie cherche déjà à éviter l’idée que ces suicides soient liés aux pressions, horaires décalés et autres dégradations des conditions de travail. « Ces drames correspondent à des situations personnelles différentes » a ainsi déclaré un porte-parole d’Air France à l’AFP, tout en précisant que la compagnie « est aux côtés des familles, des proches et des collègues de ces salariés pour les soutenir ». Toutefois, et surement consciente que cette prise de position risque de ne pas suffire, la direction d’Air France propose « la mise en place de groupes de travail afin d’associer tous les salariés volontaires de l’escale à des réflexions sur l’organisation du travail » et a annoncé qu’ « une rencontre sera organisée avec les partenaires sociaux dans les prochains jours afin d’avancer sur ces sujets ».

S’il faudra attendre pour avoir le fin mot de cette affaire, il apparaît plus que probable que, contrairement à ce qu’affirme la direction d’Air France, les conditions de travail dégradées des salariés ont pu avoir une influence sur cette vague de drames. En ce sens, la grève de ce lundi 7 janvier est un premier pas important, pour affirmer haut et fort que les vies des travailleurs valent plus que les profits d’Air France. Et il ne fait nul doute que c’est par la construction d’un mouvement qui dépasse la grève ponctuelle de 10 à 14 heure sur une seule journée qu’il sera possible de faire plier la direction de la compagnie.