^

Monde

En pleine mobilisation de masse

Algérie. Pas de cinquième mandat, mais Bouteflika reste quand même au pouvoir !

Dans une lettre diffusée via les médias d’Etat lundi soir, Abdelaziz Bouteflika a fait savoir qu'il comptait bien poursuivre son mandat au-delà de la date prévue, le 28 avril prochain. Il a justifié son choix, en affirmant "Que l’Algérie vive, dans un avenir proche, une transition harmonieuse et assiste à la remise de ses rênes à une nouvelle génération (…), tel est l’objectif suprême que je me suis engagé à concrétiser avant la fin de mon mandat présidentiel, à vos côtés et à votre service".

mardi 19 mars

Crédits photo : AFP

Plutôt qu’une transition harmonieuse, l’Algérie est en train de vivre, depuis quatre semaines, des manifestions historiques, qui ont contraint Bouteflika à renoncer, le 11 mars dernier, à briguer un 5ème mandat, pas sans avoir d’abord essayé - en vain- un subterfuge proposant un mini-mandat .

La semaine dernière, Bouteflika a prolongé son actuel mandat en reportant la présidentielle, prévue pour le 18 avril, au lendemain d’une future Conférence nationale chargée d’élaborer une nouvelle Constitution. Cette décision a été largement contestée dans la rue vendredi dernier. Les travailleurs du géant pétrolier Sonatrach ont fait grève, et il y a eu au travers du pays des défilés massifs réclamant le départ du pouvoir Bouteflika, ainsi qu’à Paris ce dimanche.

Lundi soir, dans un message à l’occasion de l’anniversaire de la victoire du 19 mars, l’octogénaire a confirmé son intention de rester au pouvoir bien après l’expiration constitutionnelle de son mandat, le 28 avril.

19 mars 1962 : fin de la guerre d’Algérie, 19 mars 2019 : début de changement du système

19 mars 1962 : fin de la guerre d’Algérie, 19 mars 2019 : début de changement du système arbore une pancarte dans la manifestation d’Alger ce mardi. Il y a 57 ans, le 19 mars 1962, entrait en vigueur le cessez-le-feu qui mettait fin à la guerre d’indépendance, commencée en 1954, contre la puissance coloniale française. Ce mardi, les étudiants descendent dans la rue dans toutes les villes algériennes sous le slogan : “les descendants du 19 mars 1962 portent le flambeau ce 19 mars 2019”. Ce qui montre la profondeur des racines historiques du mouvement en cours. Des mobilisations massives qui ne remettent pas en cause uniquement la personne de Bouteflika, mais l’ensemble du régime de domination algérien.




Mots-clés

5ème mandat   /    Algérie   /    Monde