^

Politique

Un tournant décisif pour les présidentielles ?

Alliance Bayrou-Macron. Fillon définitivement hors-jeu ?

L'annonce a surpris plus d'un spécialiste. François Bayrou a officiellement tendu la main à Emmanuel Macron, qui n'a pas tardé à répondre favorablement à l'opportunité qu'il attendait depuis, au moins, les primaires socialistes. Le grand perdant de l'émergence de ce tandem est incontestablement François Fillon. Au point d'être définitivement hors course ? Julian Vadis

jeudi 23 février 2017

L’alliance Macron / Bayrou, un tournant décisif ?

On le sait, une partie des classes dominantes est d’ors et déjà séduite par l’alternative Emmanuel Macron, alors que le Parti Socialiste et Les Républicains, piliers du système V° République, seront potentiellement exclus tous deux dès le premier tour. Mais un problème persiste tout de même, et non des moindre pour le candidat d’En Marche : comment gouverner une fois élu, puisque l’ex-banquier de chez Rothschild est dépourvu d’un appareil et donc de relais dans les différentes strates politiques de l’institution républicaine ?

Pour Macron, il n’y avait pas 36 solutions. La seule, en réalité, était de s’entourer de soutiens issus du centre gauche et du centre droit, mais pas de n’importe qui. A ce titre, l’ex ministre de l’Economie avait lancé les hostilité durant les primaires socialistes, tentant de faire pression avec l’épisode des « crevards » du PS. Une entreprise qui n’avait pas porté ses fruits à ce moment-là, mais une nouvelle fenêtre s’ouvre aujourd’hui avec l’annonce de Bayrou.

En effet, l’accord avec le président du Modem n’est pas tant décisif en termes de voix récoltées (même si une candidature Bayrou aurait pu « grignoter » partiellement l’électorat Macron) mais apparaît surtout comme un début de réponse sur le terrain du potentiel de « gouvernabilité » de Macron. Le Modem, c’est avant tout un appareil, avec des élus locaux, donnée indispensable pour un président de la République. Ceci a un double effet positif pour Emmanuel Macron. D’une part, l’effet sur la gauche gouvernementale semble immédiat, comme en témoigne les déclarations de Stéphane Le Foll ou bien l’attitude de Hollande au dîner du CRIF, mercredi soir, qui n’en finissent pas de tarir d’éloges sur le candidat Macron. D’autre part, ce signal politique fort, s’il est accompagné de nouveaux ralliements significatifs, est tout à fait enclin à convaincre de larges secteurs jusqu’ici sceptique de la bourgeoisie de l’hypothèse Macron, non pas sur son programme, mais sur sa capacité à gouverner et à imposer des réformes économiques structurelles indispensables aux yeux des capitalistes français. A ce titre, l’alliance Bayrou/Macron semble être un vrai tournant dans cette présidentielle, qui ne sera décisif que si, dans son sillon, des segments d’appareils imporatns, et notamment du PS, rallient le camp Macron.

François Fillon, grand perdant de cette alliance, est-il définitivement condamné à la défaite ?

Le ralliement de François Bayrou à Emmanuel Macron est incontestablement un coup dur pour François Fillon. Le chef de file du Modem a même poussé l’estocade jusqu’au bout, en imposant comme condition une réforme de moralité de la vie publique des élus, visant directement l’ex premier ministre de Sarkozy, en référence directe au PenelopeGate, mais qui peut trouver aussi un écho au sein de l’électorat au vue des récents exploits des députés et sénateurs, qui ont récemment voté un amendement pour couvrir leurs malversations. Peu à peu, les portes de sortie de crise semblent se refermer pour François Fillon, et le scénario d’une balladurisation de sa candidature semble s’affirmer de jour en jour.

Toutefois, les multiples rebondissements de ces élections "toboggan", caractéristiques de la crise organique du régime, laissent place à de nouveaux bouleversements. La principale source d’espoir pour Fillon se situe aujourd’hui dans l’encore très forte volatilité de l’electorat, et du durcissement de son propre base électorale. Comment l’opinion publique va-t-elle réagir dans l’opération ralliement de Macron ? Et surtout, il y aura t-il un revers de médaille en cas de ralliement de personnalités du gouvernement PS ? Ce sont avant tout ces questions qui laissent espoir à un Fillon considérablement affaibli, qui est passé de la position de vainqueur annoncé de la présidentielle à candidat contesté dans son propre camp.




Mots-clés

François Bayrou   /    François Fillon   /    Présidentielles 2017   /    Emmanuel Macron   /    Politique