^

Du Pain et des Roses

Macron découvre l’enfer du décor

« Allô ici le 3919. On vous écoute, mais on ne peut pas vous aider !!! »

Coup de gueule. En visite dans un centre d’appel pour les femmes victimes de violences, Macron s’est confronté à la réalité quotidienne et dramatique d’un système inefficace.

mercredi 4 septembre

Mardi après-midi, au moment même des annonces du Grenelle contre les violences conjugales, Macron s’est rendu en visite dans un centre d’appel du fameux 3919, centre de secours pour les femmes en difficulté ou menacées. Or quelle ne fût pas sa gêne en écoutant l’appel d’une femme menacée de mort par son ex-conjoint qui demandait en urgence l’intervention des forces de l’ordre et devant l’accueil qu’a reçu sa requête angoissée. En direct, Macron entend le lieutenant de gendarmerie qui est au bout du fil refuser tout bonnement d’intervenir sous prétexte qu’il n’y a pas d’ordre d’huissier et que ce n’est pas dans le code pénal.

Macron se trouve au pied du mur face à la triste réalité que nous, les femmes, subissons quand on tente d’appeler le 3919 qui existe pourtant depuis plus de 20ans.

Oui, d’une certaine manière, ce gendarme a beau jeu de se réfugier derrière les procédures légales, car le féminicide n’est effectivement pas pris en compte au niveau juridique où réside un grand vide. Cela dit, on ne peut que se révolter devant l’apathie et la mauvaise foi des forces de l’ordre qui osent dire sans sourciller « ce n’est pas dans la loi, donc je n’agis pas ».

Et ce sont les mêmes qui osent accuser le premier venu de non-assistance à personne en danger !!! Certes, on le sait bien, le bon sens et l’humanisme ne sont pas les qualités premières des gendarmes. Mais cet évènement médiatisé est une illustration de plus du rôle de la police qui n’a jamais été de protéger les personnes en danger, même en danger de mort. Bien au contraire…

Les mêmes qui font preuve d’un zèle extraordinaire pour réprimer les gilets jaunes se mettent aux abonnés absents lorsqu’il s’agit de préserver la vie d’une femme en danger. Car en matière d’idéologie machiste, ils sont souvent eux-mêmes champions.

En ce qui concerne la plateforme du 3919, nous femmes victimes ou anciennes victimes de violences conjugales, nous savons très bien que la personne au bout du fil va prendre nos coordonnées et nous donner un numéro de téléphone pour un accueil d’urgence qui ne sera malheureusement pas suivi d’une prise en charge, faute de place disponible. Ce sera encore pire si vous êtes violentée après 22h ou le week-end après 20h, car, pour le coup, il n’y aura personne. 

C’est très facile de dire « au moindre coup fuyez », Fuir d’accord, mais où ? Comment ? Et avec les enfants qu’est ce qui se passe ? Il se passe qu’on ne devrait jamais fuir et que c’est le responsable qui devrait immédiatement être tenu à distance.

La violence est l’affaire de tous et un problème beaucoup plus vaste. Car même si on écarte l’homme violent du domicile, il demeure bien d’autres questions dont on ne parle jamais ; il reste le drame des enfants qui sont au milieu de ça et qui, s’ils ne sont pas pris en charge psychologiquement, ne comprendront pas que ce schéma familial n’est pas normal, avec toutes les conséquences que cela peut entraîner dans leurs comportements futurs.

Crédit photo : Getty

Pour nous transmettre vos coups de gueule, témoignages... écrire à siterevolutionpermanente@gmail.com.




Mots-clés

patriarcat   /    Police   /    Violences physiques   /    Marlène Schiappa   /    Violences faites aux femmes   /    Emmanuel Macron   /    Du Pain et des Roses