^

Notre classe

Dans le cadre des NAO

Amazon Logistique : la direction passe en force après le refus des syndicats de signer l’accord

Ce 3 mai était un jour de date limite imposé par Amazon Logistique à ses salariés. Si les syndicats ont majoritairement rejeté un accord qui a provoqué une vague de colère et de grève sur tous les sites de l’entreprise en France, la direction a décidé de passer en force.

mercredi 4 mai

Crédits photo : Page facebook de la CGT Amazon France Logistique

Début avril, les salariés d’Amazon Logisitique en France engageaient un mouvement de grève dans le cadre des négociations annuelles obligatoire (NAO). L’augmentation proposée par la direction, à hauteur de 3 %, a provoqué une vague de colère dont les braises sont encore chaudes.

La direction passe en force et impose l’accord

En vue de l’ultimatum pour signer l’accord proposé de 3.5 % fixé à ce 3 mai, la direction avait décidé de jouer la carte de la division ces derniers jours : soit les syndicats acceptaient l’accord, soit elle imposerait un accord par décision unilatérale… en revenant à la proposition initiale de 3 % d’augmentation !

C’est pourquoi l’intersyndicale avait lancé un appel à la grève le 1er mai pour des débrayages ce lundi 2 mai. Si le mouvement n’a pas été aussi fort qu’au 5 avril dernier, où une grève inédite dans le secteur avait rassemblé 1200 ouvriers d’Amazon Logistique sur les huit sites de l’hexagone, la colère profonde des salariés s’est exprimée, notamment sur le site de Chalon-sur-Saône ou plus d’une centaine de grévistes se sont mobilisés tout au long de la journée.

C’est dans ce cadre que l’ensemble des syndicats, à l’exception de la CFE-CGC, ont refusé de signer un accord jugé par les salariés comme une perte pure d’un pouvoir d’achat déjà largement réduit par des salaires bas. En effet, en ne prenant en compte ne serait-ce que la dernière année, l’inflation atteint les 4.8 % !

La direction a donc décidé de passer en force… mais sans oser aller jusqu’à revenir sur la proposition initiale d’une augmentation de 3 %. L’objectif évident de cette décision est avant tout de clore le chapitre des NAO et faire taire la contestation. Dans ce cadre, le maintien des 3.5 % vise à réaffirmer son autorité en n’accédant pas aux demandes légitimes des grévistes mais témoigne aussi d’une crainte de voir la colère exploser en revenant aux propositions initiales.

Seule la mobilisation peut faire changer les choses : l’un des enseignements de la grève chez Amazon Logistique

Si les « concessions » faites lors des NAO par la direction sont très et trop partielles, il est clair que la mobilisation des ouvriers d’Amazon Logisitique, inédite et témoignant d’une colère profonde, ont mis la pression à la direction. Un premier « réveil ouvrier », où pour beaucoup il s’agissait du premier mouvement de grève qui, s’il n’a pas réussi à arracher une victoire, a fait la démonstration que le chemin de la lutte est le seul qui peut faire changer le cours des choses. En effet, il est fort probable que, sans rapport de force par la grève, la direction d’Amazon Logistique aurait imposé les 3 % proposés initialement. A contrario, la stratégie mettant comme « axe de gravité » la négociation a montré ses limites pour pouvoir obtenir des avancées à la hauteur des espérances légitimes des salariés.

Si le résultat de la séquence des NAO peut légitimement être perçu comme décevant pour nombre de salariés, cet enseignement est précieux pour la suite. En soi, le mouvement des Amazon Logisitique était avant tout un combat défensif, visant à ne pas perdre de pouvoir d’achat. Mais il a surtout fait la démonstration de son potentiel pour l’avenir et de la force de la grève. Si la direction cherche à passer en force pour clore la séquence des NAO, c’est aussi et avant tout pour étouffer la colère et son expression devant les entrepôts. C’est pourquoi il est important de maintenir les liens et les discussions qui se sont ouvertes depuis début avril, dans la perspective de préparer les combats à venir avec pour objectif d’arracher des victoires.



Mots-clés

Logistique   /    Amazon   /    Grève   /    NAO   /    Notre classe