^

Monde

Escalade guerrière

Après l’Allemagne, l’Espagne annonce des dépenses militaires record : stop à l’escalade militariste !

La guerre en Ukraine a provoqué une vague d'augmentation des dépenses militaires des États impérialistes membres de l'OTAN, et le gouvernement espagnol ne fait pas exception. Ils veulent non seulement que les travailleurs paient les conséquences de la guerre mais aussi le réarmement.

mercredi 16 mars

Le 14 mars, le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez a annoncé au cours d’une interview télévisuelle qu’il souhaitait de nouveau augmenter le budget de la défense mais également qu’il allait s’accorder avec les différents partis politiques sur une augmentation progressive des dépenses de l’armée afin de se conformer aux 2% du PIB exigés par l’OTAN.

En réponse, la coalition électorale de gauche « Unidas Podemos » a déclarée qu’elle ne partageait pas l’annonce du président. Cependant, elle a également déclaré qu’elle ne se mettrait pas contre le gouvernement pour autant, et, ajoute même qu’en tant que « bons partenaires du gouvernement », elle assume que les « compétences en matière de défense au sein de l’exécutif appartiennent au PSOE (PS espagnol) ». En effet, dans le cadre de l’accord de gouvernement, Pedro Sánchez et Pablo Iglesias (tête de liste de Unidas Podemos) se sont répartis les compétences, Sánchez détenant les compétences militaires. Unidas Podemos critique timidement le gouvernement mais assume en dernière instance de les laisser faire.

Le militarisme impérialiste espagnol

Unidas Podemos soutient, face à la décision de Sánchez, qu’"il existe d’autres priorités plus urgentes dans ce nouveau contexte de crise, comme le renforcement de la santé, de l’éducation, de la recherche ou l’investissement pour réduire la facture d’électricité".

C’est évidemment vrai, il devrait être une priorité absolue d’investir dans la santé, l’éducation - rappelez-vous que son ministre Castells a fait l’éloge du processus de Bologne et de toutes les réformes néolibérales de l’université - ou dans la question énergétique - où l’expropriation des compagnies d’électricité serait une mesure fondamentale.

Dans ce sens, bien que la critique soit louable de la part de Unidas Podemos, il semble qu’elle soit pleine d’hypocrisie. Pedro Sánchez lui-même pourrait le leur rappeler, puisque comme il l’a déclaré dans la presse, son gouvernement a déjà augmenté les dépenses de défense de 1,25 % du PIB au début de son mandat à 1,4 % aujourd’hui.

Pere Ortega, journaliste d’Eldiario.es, a affirmé que le budget actuel – avant même que Sanchez évoque de nouvelles dépenses - représente déjà une augmentation "colossale" des dépenses militaires approuvées par le gouvernement et avec l’accord de Unidas Podemos. Le budget du seul ministère de la défense a augmenté de 7,5 % par rapport à 2021. « Une augmentation qui sera en grande partie allouée aux investissements militaires, puisque les ressources destinées à l’armement seront de 4,5 milliards, soit 16,2% de plus qu’en 2021 ». Ces investissements ne représentent pas moins de 21,3% du total des investissements de l’État.

Il semblerait donc qu’il y avait tout de même une priorité dans le domaine militaire pour Unidas Podemos. Par ailleurs, selon les données de l’ONG "Centre Delàs d’Estudis per la Pau", les "dépenses cachées" militaires réparties entre différents ministères ont atteint 22,79 milliards d’euros - 124% de plus que celles allouées au ministère de la Défense (10,1 milliards) - ce qui représente une croissance de 5,75% par rapport à l’année précédente et marque un record historique en matière de dépenses militaires. Le gouvernement "progressiste" dépense donc 62 millions d’euros par jour pour le budget militaire.

Lutter contre l’impérialisme espagnol et pour un programme anticapitaliste

Selon les données du "Centre Delàs d’Estudis per la Pau", le gouvernement a réalisé l’achat d’Eurofighter EF-2000 pour 12,8 milliards d’euros d’euros, d’avions transporteurs "A-400M" pour un coût de 5 milliards d’euros équivalent à 27.720 lits d’hôpital, de "sous-marin S-80" pour 2,8 milliards d’euros équivalent à 62 222 infirmières, de "Frégates F-110" pour 800 millions d’euros équivalant à 15 094 médecins, de tanks Leopard pour 2,8 milliards d’euros équivalant à 100 982 respirateurs, d’hélicoptères NH-90 pour 1,5 milliards d’euros équivalant à 990 712 lits de soins intensifs, de véhicules VCR 8x82 pour 2,1 milliards d’euros équivalant à 140 millions de tests covid, ou encore de missiles KEPD-150 Taurus SPike et Iris-T2 pour 706 millions d’euros équivalant à 736 millions de masques.

Le PSOE avance dans l’escalade militariste, ce qui n’est pas surprenant de la part de l’un des pères fondateurs du régime de 78 [régime mis en place suite à la mort de Franco, instaurant une transition pacifique vers la monarchie et l’amnistie pour les franquistes] et garant de l’entrée de l’Espagne dans l’OTAN. Face à ça, Unidas Podemos tente de prendre ses distances en élaborant « un plan économique en réponse aux conséquences de la guerre en Ukraine ».

Une grande partie des dépenses militaires engagées auraient pu, à elles seules, permettre de payer des produits de première nécessité. C’est pourquoi nous avons besoin d’un programme anticapitaliste qui garantisse que la classe ouvrière ne sera plus celle qui paiera pour leurs crises et leurs guerres. Pendant que les patrons augmentent les prix de tous les produits pour continuer à gagner des milliards, c’est la classe ouvrière qui, une nouvelle fois fait les frais de ces politiques criminelles.
Il est désormais impératif de porter un programme comprenant un impôt sur les grandes fortunes pour financer tous les besoins sociaux, l’indexation des salaires sur la hausse des prix, sans oublier l’expropriation de la fortune du roi émérite [Juan Carlos, rattrapé par des scandales de corruption] liée au trafic d’armes, l’élimination de la monarchie et de tous les frais qu’elle engrange ou l’expropriation des grandes banques qui financent l’industrie militaire.

Attention, il ne s’agit pas de « réguler » les dépenses d’armement et de trouve un équilibre avec les dépenses sociales. Le réarmement impérialiste signifie un renforcement de l’État impérialiste espagnol qui maintient les enclaves coloniales de Ceuta et Melilla, qui a réprimé des milliers de personnes lors du référendum en Catalogne et qui militarise les frontières terrestres et maritimes où meurent des milliers d’immigrants. Il faut donc simplement supprimer toutes les dépenses dans l’armement !

L’interpellation d’Unidas Podemos démontre non seulement qu’à la fin elle cautionne la politique impérialiste du gouvernement, même si elle la critique hypocritement à demi-mot, mais elle cherche aussi un renforcement de la politique de défense commune de l’Union européenne. D’après Unidas Podemos « une éventuelle augmentation des investissements dans le domaine de la défense devrait faire l’objet d’une approche coordonnée au sein des institutions européennes » et « surtout croire en la nécessité d’accroître l’autonomie stratégique européenne ». Cela ne signifie rien d’autre que le renforcement de l’UE impérialiste et réactionnaire pour en faire maillon fort de l’oppression militariste dans le monde.

Article publié sur La Izquierda Diario.es



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Espagne   /    Impérialisme   /    Etat Espagnol   /    Podemos   /    Monde