^

Politique

Explosion du chômage

Après la crise sanitaire, le chômage explose

Le nombre de chômeurs de catégorie A a connu une augmentation historique de 843 000 nouveaux chômeurs au mois d’avril. C’est le premier effet de la récession économique attendu à la suite du coronavirus.

jeudi 28 mai

Crédit photo : Martin Bureau / AFP

Les chiffres du chômage pour le mois d’avril sont arrivés et ils indiquent une augmentation de 22,6% soit 843 000 nouveaux chômeurs de catégorie A.

Cette augmentation est directement liée à la crise du Covid-19 et au ralentissement économique qui en découle. En effet, c’est principalement le nombre de « sorties » des registres de chômeurs qui est impacté avec plus d’un tiers de sorties en moins.. D’après France Inter, "Tous les motifs de sorties des effectifs de Pôle emploi continuent de se replier, en particulier les reprises d’emploi déclarées, les radiations administratives, les défauts d’actualisation (qui recouvrent généralement pour partie des reprises d’emploi non déclarées à Pôle emploi), ainsi que les sorties liées à des entrées en stage ou en formation."

Il faut aussi noter que le nombre « d’entrées » dans les registres de Pôle Emploi a aussi baissé de près de 20%. En effet, le gros de l’augmentation du chômage de catégorie A provient des catégories B et C. Ces catégories incluent les différents types d’activité partiels. Ce transfert de l’activité partiel vers le chômage complet montre bien que ce sont les travailleurs les plus précaires qui paient les premiers les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19.

Cette augmentation sur le mois d’avril est aussi à mettre en perspectives avec les annonces de fermetures d’usines par Renault et les annonces de licenciement dans de nombreux domaines, notamment l’aéronautique. Dans ces secteurs concentrés de l’économie, les suppressions d’emplois font plus de bruits mais il n’en reste pas moins que c’est l’ensemble des travailleurs qui sont dores et déjà affecté par la crise économique post Covid-19.

L’augmentation du chômage, tout comme les projets d’augmentations du temps de travail restent un moyen de faire payer le ralentissement économique aux travailleurs alors que les actionnaires sont dédommagés par les différentes aides gouvernementales.




Mots-clés

Chômage partiel   /    Covid-19   /    Crise économique   /    Coronavirus   /    Licenciement(s)   /    Chômage   /    Politique