^

Politique

Démission au Front National

Aymeric Chauprade. Après les scandales à répétition, le FN tente de se racheter une image

Renan Granger{} {} Ce 10 novembre 2015, le très islamophobe Aymeric Chauprade vient d’annoncer son départ du Front National. Cette rupture s’inscrit dans la suite logique des derniers mois où le ton était monté avec Marine Le Pen. Dans une interview publiée dans Le Figaro, il dénonce les « trahisons » de la présidente du FN et le rôle joué par Florian Philippot. Avec dans son collimateur, la politique de dédiabolisation du FN qu’il juge « opportuniste ». Mais ce départ ne signe en aucun cas l’émergence d’un Front National plus respectable, bien au contraire.{}

mardi 10 novembre 2015

{}

Chauprade, l’islamophobie dure et décomplexée

{{}}

Les tensions entre Marine Le Pen et Aymeric Chauprade avaient commencé officiellement en janvier dernier, lorsque celui-ci s’était vu dessaisir de toutes ses responsabilités au sein du Front National. En cause, une vidéo où celui-ci affirmait que la France était en « guerre contre l’islam », et comparait la montée du fondamentaliste musulman à la montée du nazisme dans les années 1930, dans une argumentation ultra-réactionnaire et révisionniste très proche de celle adoptée par Netanyahu récemment sur les liens entre Hitler et le mufti palestinien al-Husseini. Celui-ci lançait alors une vindicte contre l’antisémitisme au sein de l’extrême droite et expliquait que l’état d’Israël était l’allié de la France dans sa lutte contre les musulmans. Plus récemment, Chauprade n’a pas caché son soutien à la politique ouvertement raciste de Robert Ménard dans sa ville de Béziers, ou aux propos nauséabonds de Nadine Morano sur la « race blanche ».

Le vase était donc déjà presque trop plein pour une direction du Front National qui tente de se faire un portrait présentable en vue des élections régionales de décembre, et surtout des présidentielles de 2017. Et les casseroles commençaient sérieusement à s’accumuler pour l’ancien conseiller géopolitique du FN, comme dans l’affaire Air Cocaïne, où Chauprade revendique son implication, démontrant la proximité du personnage avec les réseaux de pouvoir au sein de l’institution militaire ; ou encore après la diffusion d’un reportage de Spécial Investigation diffusé récemment sur France 2, qui faisait la lumière sur son rôle d’intermédiaire du FN auprès des réseaux de pouvoir proches de Poutine en Russie.




Mots-clés

FN   /    Politique