^

Politique

Après s’y être fermement opposé, Jérôme Salomon recommande le "port de masques pour tous"

"J'ai toujours plaidé pour l'accès aux masques grand public pour les français" a affirmé hier Jérôme Salomon lors de son point quotidien. Une annonce qui n'a pas manqué de faire réagir, alors que le Directeur Général de la Santé s'était régulièrement opposé à l'utilisation de masques par le grand public, allant même jusqu'à prévenir en mars : "Ne portez pas de masques inutilement".

mercredi 22 avril

Crédit photo : Ludovic Marin / Reuters

Lors de son point quotidien hier soir, Jérôme Salomon a entériné le changement de doctrine du gouvernement sur la question des masques, alors que ceux-ci pourraient être obligatoires dans certains cas au moment du déconfinement. Une nouvelle position en rupture totale avec le discours du gouvernement qui, de Sibeth Ndiaye à Jérôme Salomon, a longtemps tenté de minimiser le rôle que pouvait avoir le port du masque comme mesure de prévention afin de mieux dissimuler la pénurie dont il était responsable. Un discours qui avait commencé à s’infléchir ces dernières semaines, Jérôme Salomon déclarant début avril : « nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter (…) ces masques alternatifs qui sont en cours de production. »

Suite à la publication d’un communiqué de l’Académie de Médecine qui, dans la lignée de ses prises de positions des dernières semaines, appelle à rendre "obligatoire dans l’espace public" le port du masque et ce le plus vite possible, notant notamment que "veiller à ne pas contaminer les autres n’est pas facultatif, c’est une attitude citoyenne qui doit être rendue obligatoire dans l’espace public." Jérôme Salomon s’est à nouveau prononcé hier soir.

Interrogé sur la prise de position de l’Académie de médecine, Jérôme Salomon n’a pas hésité à affirmer "J’ai toujours plaidé pour l’accès aux masques grand public pour les français", en contradiction totale avec l’attitude véritable du DGS qui, comme le gouvernement, a tenu une position minimisant voire déconseillant l’usage de masques. "Le port de masque dans la rue est totalement inutile pour toute personne non contaminée" affirmait-il par exemple mi-mars.

Une attitude coupable de déni des responsabilités du gouvernement qui, pour cacher les conséquences de sa gestion erratique n’a pas hésité à mentir éhontément sur la question des masques, comme il n’a pas hésité à nier l’importance des tests. Des positions qui, si elles ont commencé à s’infléchir ces dernières semaines, auront des conséquences sur la capacité à gérer le déconfinement qui implique des mesures de prévention pour éviter une deuxième vague épidémique. Or, sur ce plan, le dernier discours de Macron qui appelle à ne tester que les personnes symptomatiques semble témoigner d’une volonté de minimiser les mesures à mettre en place pour assurer la sécurité de toutes et tous afin de légitimer une reprise express préconisée par le patronat, qui assume de privilégier la relance de l’économie sur la protection des vies des travailleurs. Une gestion patronale dangereuse alors que l’on comptabilisait hier 544 morts supplémentaires en 24h, chiffre en hausse, et face à laquelle les travailleurs devront imposer leurs propres réponses à la crise sanitaire, en défendant leurs vies plutôt que les profits.




Mots-clés

Masques   /    Crise sanitaire   /    Coronavirus   /    Santé   /    Politique