^

Notre classe

Sous-traitance

Paris 1. Le conseil d’administration épingle Arc-en-ciel et s’engage à préserver les emplois des agents du nettoyage

Ce jeudi 24 novembre, le conseil d'administration de l'université Paris 1 a voté une motion au sujet de la grève des travailleurs d'Arc-en-Ciel exigeant la fin de toute « pratique contraire au droit du travail ». Dès lors, la seule solution viable semble être la fin de la sous traitance et l'internalisation des salariés.

jeudi 24 novembre

Crédits photo : Loic Venance, AFP

Ce jeudi 24 Novembre, le conseil d’administration de l’université Paris 1 était réuni. Alors qu’une grève des travailleurs du nettoyage de la société Arc-en-ciel est en cours depuis bientôt 3 semaines sur le site de Tolbiac, le Poing Levé et d’autres élus ont proposé une motion pour exiger la "fin de toute pratique contraire au droit du travail" à Paris 1.

Le contenu de la motion votée est le suivant :

Réuni en séance plénière le 24 novembre 2022, le Conseil d’administration de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne réaffirme solennellement son attachement au respect du droit du travail, de la dignité et des droits humains. Les membres du CA sont alertés sur la situation sociale au sein de la société sous-traitante Arc en ciel et particulièrement sur le site de PMF où un conflit social entre le personnel d’AEC et leur direction a éclaté le 7 novembre 2022. Le CA demande que toute la lumière soit faite sur les conditions dans lesquelles les salariés de ladite société travaillent. Il exige qu’il soit immédiatement mis fin à toutes pratiques contraire au droit du travail, si celle-ci sont constatées. Il veillera avec la plus grande attention à la situation des salarié.es, à la préservation de leur emploi et à La Défense de leurs droits.

Votée à l’unanimité par le conseil d’administration cette motion doit désormais être suivie et appliquée dans la réalité par l’université. En effet, on ne peut pas dire que jusqu’ici la présidence ait brillé par sa solidarité envers des salariés maltraités et harcelés par Arc-en-Ciel. Au contraire, la politique de la direction de l’université a été plutôt celle d’intimider les grévistes au côté d’Arc-en-Ciel pour tenter de mettre fin au mouvement, en envoyant la sécurité tenter d’empêcher la tenue de piquets de grève ou en demandant aux grévistes le maintien d’un service minimum.

De plus, si les travailleurs du nettoyage de l’université Paris 1 se retrouvent aujourd’hui dans cette situation c’est parce que le choix de l’externalisation, la pression mise par la présidence sur les travailleurs ou encore l’appel à une société connue pour de nombreux exemples de maltraitance sur les travailleurs ont accentué la précarisation des agents du nettoyage de Tolbiac. Ainsi à l’origine de la (sur)exploitation dont ils sont victimes et de leurs désastreuses conditions de travail, la responsabilité de Paris 1 en tant que donneur d’ordre est directement engagée, entre recherche d’économies sur le dos des agents du nettoyage et silence coupable à propos des agissements de l’employeur.

Dès lors le vote de cette motion en conseil d’administration, une motion que la présidence a d’abord refusé de passer au vote avant de céder face à la pression des élus puis de la voter, est un premier pas qui engage directement l’université. En effet en demandant à ce que cessent « toutes activités contraires au code du travail », celle-ci ne peut plus désormais couvrir la maltraitance organisée par Arc en Ciel. Plus largement en affirmant « veiller avec la plus grande attention à la situation des salarié.es, à la préservation de leur emploi et à La Défense de leurs droits » l’université ne peut faire un autre choix que celui d’en finir avec les méthodes de l’externalisation, de réintégrer Siva et d’internaliser l’ensemble des travailleurs du ménage avec des conditions de travail et de salaire décentes. Une perspective que se refuse pour l’heure à engager la présidence de Paris 1 et pour laquelle il faudra se battre en élargissant le soutien aux grévistes à l’ensemble des étudiants, personnels et professeurs.



Mots-clés

Arc-en-ciel   /    Sous-traitance   /    Université Paris 1   /    Notre classe