^

Politique

Seule la lutte paie

Ardèche. Les travailleurs sociaux mobilisés obtiennent le maintien des subventions à l’ADSEA

Le 16 décembre, le conseil départemental annonçait la fin des subventions versées à l'ADSEA07, mettant ainsi fin à la prévention de rue spécialisée en Ardèche dès le 1er janvier 2022. Face à la mobilisation des travailleuses et travailleurs sociaux et de leur soutiens, le conseil départemental a annoncé le maintien des subventions pour 6 mois de plus. Une petite victoire après laquelle le combat continue.

lundi 27 décembre 2021

Crédits photo : capture d’écran Le Dauphiné

Le 21 décembre, plus de 250 personnes étaient rassemblées devant l’hôtel départemental de l’Ardèche pour soutenir les éducateurs et éducatrices spécialisés mobilisés contre la fermeture de leur service. Une mobilisation importante, à la hauteur de l’attaque contre l’ADSEA.

Le 16 décembre dernier, Marc-Antoine Quenette, vice président du département chargé des finances, avait en effet annoncé la fin des subventions à la structure. Une annonce qui ne signifiait rien moins qu’un arrêt des activités de prévention spécialisée à partir du 1er janvier 2022, et le licenciement de dix travailleurs sociaux avec deux semaines pour plier bagage. Un cynisme incroyable pour ce service qui effectue un travail de terrain depuis de longues années, assurant le suivi de nombreux mineurs isolés qui se retrouveraient du jour au lendemain sans suivi, livrés à eux-mêmes, face aux machines à broyer que sont la rue et l’isolement.

Suite à cette offensive, les appels à soutiens se sont multipliés sur les réseaux sociaux. Plusieurs collectifs de travailleurs sociaux de toute la France, ainsi que des syndicats comme la CGT et l’Unef ont apporté des motions de soutien aux travailleuses et travailleuses de l’ADSEA 07, témoignant d’un large soutien à la mobilisation qui s’est soldé par le rassemblement réussi du 21 décembre.

Face à la pression de ce rassemblement annoncé le lendemain, le Conseil départemental rétropédalait dès le 20 décembre au soir, annonçant qu’il continuerait à verser des subventions à l’ADSEA 07 pour les six prochains mois. Une première victoire, qui prend la forme d’un sursis travailleuses et travail-leurs de la prévention spécialisée, alors que le département veut continuer le bras-de-fer avec les communes pour le financement de cette activité. Dans ce cadre, il faudra maintenir le rapport de forces et continuer la lutte pour obtenir des moyens à la hauteur et un financement pérenne.

Un enjeu d’autant plus important qu’avec la crise du Covid-19, un mouvement de fond traverse tout le secteur du social et du médico-social. En première ligne depuis le début de la pandémie, les travailleuses et travailleurs sociaux ont été particulièrement exposés, et su-bissent depuis de nombreuses années des conditions de travail précaire, ainsi que la casse du service public, en plus du manque de valorisation de leurs professions. C’est dans ce contexte, que le 7 décembre le secteur s’est mis en grève, près de 55 000 personnes battant le pavé d’après les organisations syndicales pour le premier acte d’un mouvement national inédit. À la suite, de nombreux rassemblements sont déjà pré-vus le 11 janvier dans plusieurs villes notamment à Paris, Marseille et Montpellier, en préparation d’une journée de grève massive le 1er février qui pourrait bien être reconductible. Une mobilisation importante qu’il faudra soutenir massivement, pour la reconnaissance et les salaires des travailleurs sociaux, mais également face aux offensives contre le service public et à l’État qui n’a de cesse de précariser notre camp social.




Mots-clés

Travail social   /    Mobilisation   /    Secteur social   /    Grève   /    Politique