^

Notre classe

Entre politique de santé et rapacité des multinationales, les travailleurs pris en tenaille

Ariège. Mobilisation naissante dans l’industrie du papier à cigarettes

L'industrie et la classe ouvrière de la France rurale, et en Ariège en particulier, ne se portent pas mieux que dans les grandes zones urbaines, comme en avait témoigné en décembre dernier le suicide d'un militant syndicaliste de la CGT. Aujourd'hui, c'est la principale usine papetière de Saint-Girons, dans l'ouest du département, qui voit 50 emplois menacés. Nous relayons ici l'article des camarades du NPA 09 qui soutiennent la mobilisation naissante

jeudi 14 janvier 2016

L’avenir de l’industrie papetière saint-gironnaise se joue maintenant à l’usine de La Moulasse, qui emploie 260 personnes et produit du papier à cigarettes (anciennement « Job »).

En effet le groupe américain Sweitzer De Mauduit, malgré d’importants profits, annonce pour 2016 l’arrêt de la machine 1, ce qui entraînerait la suppression de 50 emplois et ferait craindre le pire pour l’avenir du site de Saint-Girons, mais aussi pour l’avenir économique du Couserans, bassin d’emploi qui détient déjà le triste record de Midi-Pyrénées pour son taux de chômage et son taux d’allocataires du RSA.
Conscient de la nécessité d’anticiper la baisse de production de papier à cigarettes, induite par les mesures gouvernementales de santé publique, le syndicat CGT demande aux pouvoirs publics d’en assumer les conséquences sociales, en favorisant (et en finançant) la reconversion partielle du site vers d’autres activités comme la production d’emballages bio. Mais pour l’heure ni le gouvernement ni les élus régionaux ni la direction du groupe (plus soucieuse de délocaliser en Pologne son activité) n’ont donné suite à ces propositions.

C’est pourquoi le syndicat CGT, outre qu’il revendique un droit de veto sur les licenciements, mise désormais sur la mobilisation des personnels et de la population du Couserans, seul moyen d’éviter le pire : une AG, regroupant 80 salariés le 12 janvier, a voté à l’unanimité en faveur de cette mobilisation, qu’ils envisagent de construire progressivement, d’abord par une série de réunions publiques d’information, et par tous les moyens permettant de créer un rapport de force, sans exclure à terme la grève.

Toute la solidarité de la gauche sociale et politique régionale, attachée à lutter contre les licenciements et la casse du code du travail, est indispensable !

Lire également l’article précédent du 12 janvier du NPA09




Mots-clés

Notre classe