^

Communiqué du comité de rédaction de Révolution Permanente

Arrestations et enquêtes contre le média « Rouen dans la Rue » : stop à la criminalisation des médias indépendants

Ce vendredi, Etienne H., Gilet Jaune à Rouen, était jugé pour « dégradations volontaires en réunion » au tribunal de Rouen. Mais en réalité, il semblerait que cela soit un procès déguisé contre des journalistes indépendants.

vendredi 21 juin

C’est un procès de plus contre les médias indépendants : alors que de nombreux journaux militants, comme Nantes Révoltée ou Lundi Matin sont suivis de près par les renseignements, c’est maintenant au tour de Rouen dans la Rue, un journal local, de faire l’objet du harcèlement policier, concentré sur la personne d’Etienne H., arrêté début mai et jugé ce vendredi pour « dégradations volontaires en réunion ». Mais pour l’État, ce procès n’est qu’un prétexte : afin de mettre la main sur tous les appareils électroniques d’Etienne, il a fallu accuser Etienne de dégradations contre le tribunal de Rouen, lors de l’acte X, sur la base d’une seule vidéo de surveillance de mauvaise qualité.

Mais le 9 mai, lors de la perquisition du logement d’Etienne et de sa mise en garde à vue, les enquêteurs ne semblent pas chercher de quoi incriminer le jeune homme pour un jet de peinture. Ils saisissent tout le matériel informatique et photographique du jeune homme, rassemblant 9 ordinateurs, 3 téléphones, 3 appareils photos et une dizaine de matériel de stockage (clé USB, carte SD). Une saisie qui sera mise sous scellée sans que le jeune homme ne puisse y avoir accès. Et pour cause, après avoir refusé la comparution immédiate, il apprend qu’une nouvelle enquête est ouverte contre lui, pour « détention d’engin incendiaire », « incitation à attroupement armé » et « organisation de manifestation non-déclarée » ; autant de nouvelles accusations liées, de l’aveu de la police aux soupçons qu’ils portent envers Etienne : il participerait à « un site de propagande » pro-gilets jaunes…

Ces nouvelles attaques de la justice contre les médias indépendants ne sont rien d’autre qu’une menace contre la liberté de la presse ! Des attaques inacceptables que le gouvernement et la police justifie au nom de la lutte contre la « propagande » et les « fake news ». Pendant que BFM TV, Le Monde et tous les médias détenus par le patronat et l’État relaient 24 heures sur 24 la propagande du gouvernement, légitiment les violences policières, méprisent les Gilets Jaunes et les font passer pour des terroristes, on voudrait nous faire croire que les « médias de propagande » sont les petits médias indépendants qui couvrent des luttes que les médias dominants invisibilisent ? Il y a moins d’une semaine, Taha Bouhafs, journaliste pour Là bas si j’y suis était mis en garde à vue après avoir couvert une manifestation de sans-papiers à Alfortville, et son téléphone saisi.

Face à cette répression de la liberté de la presse, qui va de pair avec la répression de tous les mouvements sociaux et en premier lieu celui des Gilets Jaunes, le comité de rédaction de Révolution Permanente exprime toute sa solidarité avec le média Rouen dans la Rue, ainsi qu’avec Etienne ! Contre la répression, une seule arme : la solidarité !




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Rouen   /    Répression