^

Société

Témoignage

“Arrêté loin de la manif, je fais partie des 16 personnes interdites de Paris pendant 6 mois”

Nous relayons ce témoignage qui nous est parvenu suite au dispositif répressif colossal mis en place samedi sur la capitale, pour l’Acte 45 des GJ. “Je fais partie des 16 personnes qui se sont vues délivrer une interdiction de Paris de 6 mois suite aux arrestations de samedi. Or j’ai été arrêté loin de la manif, seul vers 8h45, avant que celle-ci ne commence, avec seulement un masque et des lunettes dans le sac.”

mercredi 25 septembre

“Je sortais du métro à Saint-Lazare, j’avais décidé de boire un café avant de me rendre à la manif. En passant le portique de sortie du métro, je suis tombé nez-à-nez avec 5 policiers qui m’ont demandé d’ouvrir mon sac et de présenter mes papiers, ce que j’ai fait. J’ai tout de suite déclaré que j’avais un masque, ils m’ont dit qu’ils allaient vérifier, on a monté les marches de sortie de la bouche de métro ensemble. Arrivés en haut de la rue, à l’angle une dizaine de policiers étaient présents et c’est là que les insinuation de ma participation au black-bloc ont commencé : 2 fouilles, des moqueries de routine en tous genres, puis les menottes et interpellation.

Une fois en GAV, conflit avec l’OPJ qui voulait à tout prix me faire dire que j’étais venu casser. J’ai donc demandé un avocat. Mon procès-verbal accompagné de l’avocat s’est fait en 1h30 car il écrivait seulement à son avantage. Je maintenais que j’étais hors manifestation et seul, donc que rien n’était sûr quant à ma participation aux événements de la journée, et que j’avais ces protections au cas où je tombais par hasard dans une rue où il y’aurait du gaz. Il réclamait le code de mon téléphone, ce que j’ai refusé, contrairement aux autres gardés-à-vue. Là il s’est énervé fort ! Après lui avoir tenu tête longtemps, j’ai réussi à lui faire écrire ce que je disais et non les phrases retouchées à sa manière.

A 21h30, on m’a fait signer ma fin de GAV puis à minuit un fourgon m’a ramené au dépôt. Le matin à 10h, j’ai rencontré le substitut du procureur qui en 15 secondes m’a donné une feuille qui m’interdit de Paris pour 6 mois, avec pour motif “attroupement organisé en vue de commettre des violences et dégradations”... ce qui est totalement dingue vu que j’ai été arrêté dans une rue déserte de tout manifestant.

PS : Je passe les détails de la fouille tout nu au commissariat, 3 dans la cellule, etc…”

Pour nous faire parvenir vos témoignages, coups de gueule... écrire à siterevolutionpermanente@gmail.com.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Témoignage   /    Paris   /    Répression   /    Société