^

Jeunesse

Jeunesse

Assemblée Générale à l’université Paris Diderot, à la veille du 5 décembre !

Malgré la répression de la part de la direction de la fac, plus de 100 personnes se sont rassemblés en assemblée générale ce mercredi midi, veille du début de la grève générale du 5 décembre. Parmi eux, de nombreux étudiants et des profs, mais aussi quelques agents de sécurité envoyés par la présidence...

mercredi 4 décembre

Depuis le début de la semaine, les présidences des facs empêchent les étudiants de se réunir pour organiser la mobilisation. On a assisté à la fermeture complète de Tolbiac "par mesure de précaution" le 3, alors qu’était prévue la 3ème assemblée générale en préparation du 5 décembre. Ce matin c’est à l’université Paris 7 qu’à été donné l’ordre de fermer les portes et de filtrer les entrées du bâtiment dans lequel était prévue l’Assemblée Générale.

Pourtant cette AG qui arrive juste avant l’échéance du 5 décembre a réuni plus d’une centaine de personnes, une augmentation importante par rapport aux dernières. Les premières discussions ont mené à la nécessité de manifester avec l’ensemble des travailleurs en grève dès le lendemain, au travers d’un cortège étudiant inter-facs. Plusieurs personnes ont insisté sur la nécessité de s’organiser après le 5 décembre en tant que mouvement étudiant avec des revendications en propre et non simplement en « soutien aux travailleurs en luttes ». Une AG a été proposée pour la semaine prochaine, le rendez-vous est donné dans l’amphi 8C lundi à 12h45, en fonction de l’évolution de la grève. Plusieurs intervenant.e.s ont mis en avant, l’importance de la présence d’un mouvement de jeunesse fort et massif dans cette grève pour qu’elle se poursuive au-delà du 5 décembre, et se généralise, en prenant en compte non seulement les revendications des travailleurs et travailleuses des transports, de la santé et de l’éducation, mais aussi celles de leurs enfants . C’est dans ce même esprit de convergence des luttes qu’un pôle féministe prendra place au côté du cortège jeune le 5 , pour rappeler que toutes les politiques précarisantes, en particulier la réforme des retraites, touchent particulièrement les femmes. Le rendez-vous de ces cortèges est fixé à 12h30 à l’angle de la rue des Vinaigriers et du boulevard Magenta.

Les nombreuses revendications proposées et votées à cette AG, tel que le retrait de la réforme des retraites et de la loi ORE, ou l’ouverture des facs et des frontières, la lutte pour l’égalité des genres, la réquisition des logements vides, sont autant de marques d’un mouvement étudiant non pas défensif mais qui souhaite étendre son combat contre la précarité à un ras-le-bol général contre le gouvernement Macron. 




Mots-clés

Université Paris 7   /    5 décembre   /    Université   /    Jeunesse