×

L'attaque fantôme

« Attaque de ferme » : le nouveau mensonge de Darmanin pour criminaliser les manifestants contre l’A69 ?

Après ses sorties sur les « écoterroristes », et la répression sanglante de la manifestation de Sainte Soline, Darmanin continue les attaques contre les écologistes. Interrogé sur la manifestation contre l’autoroute A69, il a évoqué l’attaque d’une ferme. Une attaque qui semble tout droit sortie de son imagination.

Lorélia Fréjo

28 avril 2023

Facebook Twitter

Ce samedi, à Castres, 8 200 personnes se sont réunies pour manifester contre l’autoroute A69. Ce rassemblement, appelé par les collectifs La voie est libre, Extinction Rébellion, la Confédération paysanne et les Soulèvements de la Terre, avait pour objectif de dénoncer un projet routier destructeur. En effet, pour 20 minutes de gain de temps, le gouvernement a autorisé la construction d’une nouvelle voie d’autoroute entre Toulouse et Castres, qui a pour conséquence la destruction de centaines d’hectares de terres agricoles, de différentes zones humides et l’augmentation des émissions de CO2 sur le territoire. Une autoroute qui sert uniquement les intérêts du géant pharmaceutique Pierre Fabre et des concessionnaires routiers.

Interrogé ce matin sur France 2, Darmanin s’en est pris à cette manifestation des écologistes. Il a expliqué qu’une « centaine d’individus radicalisés s’en sont pris à une ferme et à des gendarmes » aux abords de l’action.

Une déclaration démentie par Les Soulèvements de la Terre, qui expliquent sur Twitter que cette déclaration est « fausse », sans aucun fondement sur un quelconque témoignage de fermier, et qu’elle est même absente des notes de préfectures. Dans la presse, qui relaie la parole du préfet du Tarn se réjouissant d’une manifestation « sans heurts » ni « aucun fait grave », aucune mention de cette attaque n’est faite. La combine est un peu grosse, et Darmanin n’a même pas tenté de préparer le terrain auprès de ses préfets ou de leurs relais dans la presse pour lui donner un peu de solidité.

Cette nouvelle attaque du ministre de l’Intérieur participe de la rhétorique qui vise à justifier la répression du mouvement écologiste en propageant l’idée qu’une minorité radicale et violente le noyauterait. Comme après Sainte-Soline, où les déclarations pour diaboliser les Soulèvements de la Terre et les militants contre les méga-bassines avaient été jusqu’à des menaces de dissolution, ou jusqu’aux fuites organisées des dossiers judiciaires des blessés afin de les criminaliser, le gouvernement continue de s’en prendre au mouvement écologiste.

Avant même la manifestation, Darmanin avait ainsi déclaré à l’Assemblée nationale que la lutte contre l’A69 « le prochain objectif de l’ultragauche », avec « des volontés de manifestations extrêmement violentes contre les forces de l’État ». Tout avait été fait pour criminaliser le mouvement écologiste avant même la manifestation et justifier « un contrôle policier des zones environnant le projet en place dès le 19 avril, et un dispositif répressif massif le samedi, avec environ 800 gendarmes, CRS et policiers déployés », comme nous l’expliquions sur Révolution Permanente. Cette « attaque de ferme » qui semble tout droit sortie du chapeau est dès lors une manière de justifier cette surenchère répressive et de donner une continuité au discours gouvernemental sur la soi-disant « minorité d’ultra-gauche ».

Le gouvernement cherche à criminaliser et isoler les militants qui s’opposent à ses offensives aussi bien anti écologiques qu’anti-sociales. Contre les syndicalistes lors des casserolades, les écologistes ou les jeunes, le discours et les mensonges sont toujours les mêmes pour chercher à tourner la page de la mobilisation des retraites. Mais rien n’est terminé, puisque le 1er mai peut être l’occasion de réaliser la jonction de tous les secteurs attaqués par ce gouvernement et sa police : écologistes, mouvement ouvrier et jeunesse en lutte, pour partir groupés à l’offensive.


Facebook Twitter
InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l'agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

InVivo, derrière la coopérative « verte », un géant de l’agrobusiness anti-syndicats et anti-écolo

La question de l'État dans la crise écologique. Débat avec Peter Gelderloos

La question de l’État dans la crise écologique. Débat avec Peter Gelderloos

Nestlé. L'eau était contaminée et filtrée illégalement, l'Etat a caché le scandale

Nestlé. L’eau était contaminée et filtrée illégalement, l’Etat a caché le scandale

Un musée financé par l'industrie du pétrole à Bordeaux ? Quand les « verts » font dans l'or noir

Un musée financé par l’industrie du pétrole à Bordeaux ? Quand les « verts » font dans l’or noir

Week-end de répression contre les opposants à l'A69 : la police tente d'assiéger la ZAD

Week-end de répression contre les opposants à l’A69 : la police tente d’assiéger la ZAD

Forages pétroliers : Greta Thunberg et des milliers de jeunes écolos mobilisés dans les rues de Bordeaux

Forages pétroliers : Greta Thunberg et des milliers de jeunes écolos mobilisés dans les rues de Bordeaux


Forage de pétrole en Gironde : un nouveau scandale écologique validé par le gouvernement

Forage de pétrole en Gironde : un nouveau scandale écologique validé par le gouvernement

Ursula Von der Leyen renonce à la réduction des pesticides : un cadeau pour l'agro-business

Ursula Von der Leyen renonce à la réduction des pesticides : un cadeau pour l’agro-business