^

Culture et Sport

Euro 2021

Attaques racistes contre des joueurs anglais. Xénophobie hors des stades !

Dans le cadre de l’Euro et après leur défaite face à l’Italie, les trois joueurs anglais racisés qui ont raté leur tir au but se retrouvent victimes d’insultes ouvertement racistes sur les réseaux sociaux.

mardi 13 juillet

Crédits photo : AFP

Après avoir affronté la Squadra azzurra lundi soir, trois joueurs de l’équipe d’Angleterre ont été les cibles d’attaques racistes en ligne. Cet épisode est malheureusement loin d’être isolé dans le monde du football, notamment anglais et britannique. Du côté français, le parquet de Paris enquête actuellement sur des messages racistes qui ont visé certains joueurs de l’équipe nationale après son élimination de l’euro le 30 juin. Cette enquête a été ouverte notamment pour « injure publique à caractère raciste », deux jours après la défaite de la France contre la Suisse, a précisé le parquet.

La France a de nombreuses fois été secouée par des affaires de racisme envers certains joueurs racisés. L’an dernier et alors que le monde entier voyait se dérouler des émeutes et des manifestations anti-racistes après l’assassinat de Georges Floyd, la fascho-sphère française s’était déchaînée lorsque l’équipe avait annoncé qu’elle mettrait à son tour un genou à terre avant le match. Devant la réaction des supporters, les joueurs y ont finalement renoncé le lendemain de l’annonce, mardi 16 juin. Ce geste solennel et politique se réclamait du mouvement BLM mais qui puise ses origines à la fin des années 1780. Ces dernières années, les supporters d’extrême-droite se sont donc largement faits entendre, jusqu’à faire revenir des joueurs sur leur positions.

De Paris comme à Londres en passant par l’Italie ou la Hongrie, les affaires de racisme fusent dans toute l’Europe depuis de nombreuses années. En somme chaque saison est marquée par son affaire xénophobe et raciste. Il est donc évident que la politique et notamment les comportements et propos racistes ne restent pas aux portes des stades mais y trouvent un espace privilégié. Si tous les gouvernements s’affairent à dénoncer du moins formellement ses affaires, leurs réactions relèvent de l’hypocrisie la plus totales lorsqu’on connaît le contenu des réformes de ces mêmes gouvernements et la politique menée par ces derniers. En France par exemple, le quinquennat Macron est marqué par des projets de loi ouvertement racistes et anti-immigration, en plus que l’islamophobie d’Etat entretenue depuis maintenant près d’un an.

Dans le cas anglais, ce sont les joueurs Marcus Rashford , Jadon Sancho et Bukayo Saka qui ont été les cibles de la haine raciste ce week-end. Ces derniers avaient raté leur tir au but, ce qui a attisé la haîne de toute une partie des supporters et des internautes, notamment sur tweeter où des propos racistes ainsi que des emojis singes ont déferlé. Face à l’ampleur que prenait cette affaire, Boris Johnson a été contraint de réagir et de dénoncer via un tweet de tels propos et agissements. Des propos de façade tout comme en France et en Europe qui n’empêchent pas ces mêmes gouvernements de mener dans le même temps des politiques ultra-répressives dans les quartiers populaires et envers les populations racisées.

Il est évident que le racisme ne se combat pas ni au sein des fédérations ni dans les salons présidentiels mais bien dans la rue et dans les stades qui sont bien souvent le théâtre de scènes racistes et réactionnaires




Mots-clés

sport   /    Anti-racisme   /    Racisme   /    Culture et Sport