^

Monde

L’islamophobie tue

Attentat terroriste dans une mosquée au Québec

Le bilan annoncé par la police compte six morts et huit blessés. Ce dimanche soir, deux hommes ont fait feu sur la cinquantaine de fidèles rassemblés pour une prière. Cinq des blessés ont été hospitalisés et sont dans un état critique. Nima Arlev

lundi 30 janvier 2017

Deux suspects, tous deux étudiants, ont été arrêtés par la police peu après la fusillade. L’attentat n’a, pour le moment, pas été revendiqué. Pour autant, des groupuscules nationalistes québécois ont tenu à se dissocier de l’attaque, comme le groupe Québécois de souche, se définissant comme nationaliste, ayant déclaré : « La violence n’est pas notre solution. »

Les réactions des politiques se sont ensuite succédé. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a tenu à témoigner aux Québécois de confession musulmane un message de bienvenue, soulignant : « Vous êtres chez vous, vous êtes bienvenue chez vous, nous sommes tous des Québécois. » Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a condamné dans un communiqué un « attentat terroristedirigé contre des musulmans se trouvant dans un lieu de culte et de refuge ». En France, François Hollande a dénoncé « avec la plus grande fermeté l’odieux attentat » du Québec, dans un communiqué diffusé ce lundi matin. « C’est l’esprit de paix et d’ouverture des Québécois que les terroristes ont voulu atteindre », a-t-il déclaré, ajoutant : « la France se tient aux côtés des victimes et de leurs familles ». La Tour Eiffel s’éteindra ainsi ce lundi soir, en hommage aux victimes.

On peut bien sûr réfléchir à l’aigre ironie de ces déclarations de nos gouvernants, qui après avoir été les exécutants de lois islamophobes comme celles du burkini l’été dernier, se rangent aux côtés des familles victimes du climat de haine qui se développe aujourd’hui dans les pays occidentaux.

Ces évènements tragiques, relayés toutefois en France après les rebondissements de la primaire de gauche, témoignent du climat islamophobe qui se développe dans un contexte politique de division et de stigmatisation. Le Centre culturel islamique, théâtre des évènements de dimanche soir, avait auparavant déjà tiré la sonnette d’alarme après de nombreux actes de haine, comme une tête de porc emballée déposée à son porche, ou des tracts islamophobes distribués dans le quartier les accusant d’être un foyer de radicalisme. Pourtant, la plupart des témoignages soulignent un véritable choc suite à la tuerie de dimanche, incrédulité traduite par l’intervention de Philippe Couillard lors de ses déclarations : « On dit tous spontanément : "Chez nous, à Québec ?? Oui, oui... chez nous à Québec ?!" »

Ne soyons pas dupes, et continuons de lutter sans relâche contre l’islamophobie et toutes les formes de racisme et discrimination, et soyons à la hauteur de la gravité qu’imposent toutes les ramifications de cette stigmatisation d’une partie de la population, chez nous, et pas seulement.




Mots-clés

Canada   /    Islamophobie   /    Monde