^

Politique

Réforme de 2018

Au 1er janvier, la SNCF devient une société anonyme : en route vers la privatisation

La réforme de la SNCF de 2018 avait mis en route le processus. Ce 1er janvier, la SNCF est devenu une société anonyme (SA) : Le début de la fin du service public du rail, en pleine mobilisation contre la réforme des retraites.

jeudi 2 janvier

Crédits photo : Le Parisien /Aurélie Ladet

Ce 1er janvier, en pleine bataille contre la réforme des retraites, le passage d’Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC) au statut de société anonyme (SA) à capitaux public de la SNCF est devenu effectif. Une transformation qui s’inscrit dans le cadre de la réforme de la SNCF, adopté en 2018.

En soi, il s’agit d’une étape fondamentale de franchit dans la destruction du service public du rail. Une note de travail interne de la SNCF, publié en mai 2018, avait en effet jeté le trouble, ouvrant la possibilité de la privatisation de l’entreprise. Par delà ces risques, le passage en SA de la SNCF est, d’ors et déjà, un cap de franchit dans l’ouverture à la concurrence pour l’exploitation du ferroviaire en France.

Autre changement radical, ce passage en SA met un terme à l’embauche de cheminot au statut. Fini, évidemment, la possibilité pour les nouveaux embauchés de bénéficier du système de retraite des cheminots, fini aussi la protection de l’emploi pour les nouveaux entrants. Des craintes déjà légitime, mais qui s’amplifie lorsqu’on sait que, si ces dispositions sont aujourd’hui effective, la rédaction du fameux « nouveau pacte social », qui doit statuer sur la formation, les salaires ou bien encore sur les questions de mobilités internes est lui loin d’être établi. Cela n’a pas empêché la direction d’annoncer avec grandiloquence que « les nouveaux contrats sont prêts », dans le flou le plus total donc.

Enfin, ce changement de statut de l’entreprise a pour conséquence que,désormais, la SNCF soumise à des règles exigeantes de ratios d’endettement. Un véritable coup de poignard contre le service public du rail, faisant pénétré un peu plus la logique de rentabilité dans la gestion du ferroviaire au détriment des besoins effectifs en terme de service public. Il s’agit là de la pierre angulaire pour accélérer la fermeture de petite ligne, jugé non rentable, au détriment des besoins de la population, entre autre.

Dans ce contexte, une série d’action ont été tenu par les cheminots actuellement au cœur du conflit contre la réforme des retraites. Actions symboliques ou des cheminots ont orchestrés les funérailles de la SNCF, comme à Limoges et à Paris, ou on organisé des marches funébres, comme à Lyon.

Dans le contexte social actuel, la bataille contre la réforme des retraites doit redoubler d’intensité, et pas seulement chez les cheminots. Une victoire contre le gouvernement, pour mettre un stop aux politiques néo-libérales destructrice du service public, est indispensable. Cela pourrait également ouvrir la voie pour des revendications offensives, et en premier lieu l’abrogation de la réforme de la SNCF de 2018. En ce sens, il s’agit d’amplifier au maximum la mobilisation actuelle en ce début d’année, comme nous l’exprimions dans les vœux de Révolution Permanente pour 2020.




Mots-clés

Réforme Ferroviaire   /    Privatisation   /    SNCF   /    Politique