^

Notre classe

Casse de l'hopital public

Au CHU de Caen, 300 agents hospitaliers en grève pour dénoncer leurs conditions de travail

Lundi 2 mai, plus de 300 agents hospitaliers du CHU de Caen se sont mis en grève pour réclamer de meilleures conditions de travail. Rappelé durant leurs vacances pour pallier le manque d'effectifs, le personnel est au bout du rouleau.

mercredi 4 mai

© AFP

Ce lundi plus de 300 agents hospitaliers du CHU de Caen se sont rassemblés pour faire grève contre la dégradation de leurs conditions de travail. Cette grève fait suite à un appel inter-syndical lancé par la CGT, la CFTC, la CFDT, FO, l’Unsa et SUD quelques jours plus tôt qui évoquait en premier lieu le « non-respects des plannings, des congés annuels » mais aussi le manque de personnel et le ras le bol que cela engendre.

En effet, la crise sanitaire est venue empirer des conditions de travail déjà déplorables dans le secteur de la santé. De plus en plus d’agents hospitaliers démissionnent suite à ces conditions de travail et, faute de moyens, la direction n’embauche pas suffisamment de personnels. Les plannings sont donc en constant changement, parfois d’une demi-journée à l’autre et la direction oblige les agents à revenir travailler sur leurs jours de repos, leur refuse des congés ou les empêche de prendre plus de 15 jours de vacances de suite pour cet été contre les 21 jours autorisés il y a encore quelques semaines. Les syndicats dénoncent une situation encore « jamais connue par le passé ».

« On nous rappelle sans cesse pour nous dire de revenir travailler sur nos jours de repos face au manque cruel de personnel. Résultat, je ne compte plus mes heures supplémentaires. Mon état dépasse celui de la grosse fatigue », ou encore « On n’a pas le temps de déjeuner, ni d’aller aux toilettes », peut-on lire dans les colonnes de Ouest-France.

Comme nous pouvons le voir, le personnel soignant s’est alors rassemblé dans le hall de l’hôpital avant de se rendre sur le parvis entre 13h et 14h.

Dans le même laps de temps une délégation a été reçue par la direction qui a répondu qu’elle espérait que le plan d’attractivité permettrait de recruter de nombreux soignants d’ici l’été. Cette réponse, outre le mépris des conditions de travail qu’elle exprime, ne propose aucune solution pour venir en aide aux personnels à bout de souffle.

Ce n’est plus à démontrer, les services hospitaliers sont dans un état lamentable suite à leurs destructions par les réformes néo-libéraux de ces dernières décennies. Alors que les grèves dans les secteurs hospitaliers ne cessent d’émerger depuis plusieurs mois à l’image récemment des urgences pédiatriques du CHU de Bordeaux, il est nécessaire de travailler à unir ces luttes afin d’étendre et d’amplifier la colère, tout comme le font le personnel hospitalier de Caen. À rebours des stratégies sectorielles qui divisent nos forces, il nous faut un réel plan de bataille qui, par la base, instaure un rapport de forces en se liant avec les autres secteurs qui se mobilisent pour leur salaire afin de faire plier le gouvernement !



Mots-clés

Casse de l’hôpital   /    Santé   /    secteur santé   /    Grève   /    Hospitaliers   /    Notre classe