^

Politique

Entretien avec Reynald Kubecki

Au Havre : « Tant qu’on sera nombreux en AG interpro je suis confiant pour la suite du mouvement ! »

Le Havre, rebaptisé « capitale de la grève » en 2016, est d’ores et déjà l’un des points forts de la mobilisation contre la réforme des retraites. Après une première journée de grève et d’actions très suivie dans de nombreux secteurs et une manifestation massive, une Assemblée interprofessionnelle s’est réunie pour décider démocratiquement des suites de la mobilisation. Reynald Kubecki, travailleur à l’usine Sidel, société industrielle d’emballages, et secrétaire général de sa section CGT, a accepté de répondre à nos questions. Un exemple à suivre !

lundi 9 décembre 2019

Révolution Permanente : Dès le jeudi 5 décembre au soir on a pu voir qu’une Assemblée interprofessionnelle au Havre reconduisait la grève jusqu’à lundi. Est-ce que tu y étais ? Quels secteurs étaient présents et qu’est-ce qui en est ressorti ?

Reynald Kubecki : Déjà ça me paraît important de repartir du fait que la première journée de mobilisation au Havre a été une totale réussite contre le gouvernement et son projet de casse de nos retraites. Des taux de grève très importants, des actions de blocage organisées le matin même, et plus de 25 000 personnes en manifestation. Le soir même il y avait effectivement une Assemblée Générale interprofessionnelle, avec beaucoup de monde. Je pense qu’on était autour de 200 personnes, ce qui est beaucoup pour une première, et surtout il y avait de nombreux secteurs représentés. Une grosse délégation de l’enseignement, des profs du secondaire et du primaire qui avaient fait leur propre Assemblée Générale (AG) juste avant. Plusieurs secteurs de l’industrie, Dresser, Safran, Sidel, pas mal de secteurs de la chimie, Total, Yara, du bâtiment, la Spie, Bouygues, mais aussi les ports et docks, les hospitaliers, les Ehpad, etc. Donc au total une grosse majorité des secteurs en grève sur la ville.

Dès le jeudi soir on a donc pris plusieurs décisions. D’abord, on a voté la reconductible jusqu’à lundi à la quasi-unanimité. Chez nous, sur le Havre, les ports et docks, la chimie, la métallurgie, l’éducation, les cheminots et la fonction publique sont en reconductible. Mais évidemment ça peut bouger les tous les jours en fonction des AG dans les boîtes. Ensuite on a voté deux actions : le vendredi une action de blocage à la Brèque, qui est le principal carrefour stratégique de la ville. Dès 6h30 et jusqu’à 11h30 on était plusieurs centaines à bloquer l’axe. Quand le gros des troupes est parti la gendarmerie mobile est venue pour déloger les derniers manifestants et ils ont fortement réprimé tous ceux qui restaient, qu’ils ont poursuivis jusqu’à Harfleur, où ils ont lancé plusieurs grenades de lacrymogène, mais aussi tiré au flashball. La maire d’Harfleur a publié un communiqué qui circule sur Facebook à ce sujet. La deuxième action c’était une manifestation unitaire dans les rues du Havre qui a rassemblé entre 1 000 et 2 000 personnes samedi.

RP : Est-ce que tu peux nous expliquer comment vous vous organisez concrètement ?

RK : D’abord on essaie que tous les secteurs soient représentés en AG interpro. Pour ça on organise une AG interpro à la fin de chaque grosse action pour faire le point et s’organiser. Cette AG interpro essaie d’être la résultante de toutes les AG qui peuvent avoir lieu dans chaque secteur localement. Si je prends l’exemple de Sidel par exemple, où je travaille, on a fait une Assemblée générale le jeudi pour discuter d’une action le vendredi, qu’on a fait remonter et qu’on a proposée à l’interpro, et vice versa ce qui ressort de l’AG interpro est discuté dans nos AG locales. En gros tous les secteurs en grève ou mobilisés, les ports et docks, la chimie, la métallurgie, le commerce, le service public, l’Educ nat s’organisent eux-mêmes en AG sur leur lieu de travail. L’AG intepro ça permet de faire part de toutes ces initiatives et de ressortir avec des orientations qu’on veut prendre tous ensemble pour leur donner plus de force et se coordonner.

RP : Et avec les Gilets jaunes ? Est-ce qu’ils participent avec vous eux aussi ?

RK : Oui les Gilets jaunes sont représentés. Malheureusement le mouvement n’était pas très fort localement donc ils ne sont pas très nombreux. Mais ils étaient là et certains sont intervenus. Il y a aussi des responsables d’associations qui sont présents avec nous, et une militante insistait sur l’importance de travailler en lien avec eux. On a besoin de tout le monde !

RP : Pourquoi c’est important selon toi d’organiser des AG interpro ? Quel rôle joue l’intersyndicale locale et est-ce que les syndicats participent aussi à ces AG ?

RK : Oui en effet, l’intersyndicale et les syndicats jouent un rôle très important dans l’interpro. Si tu veux, l’interpro c’est le lieu qui coordonne un peu tout ce qui se fait ou qui essaie de s’organiser, donc avoir les syndicats c’est essentiel pour voir où il y a des points plus faibles ou des difficultés ici ou là. Par exemple si des boîtes sont en difficulté pour mobiliser et ont besoin de renforts, ce genre de choses, on voit comment socialiser les forces et venir prêter main forte. Certains profs ont fait remonté que dans tel ou tel établissement c’était plus difficile, et par exemple avec mes collègues de Sidel on a dit qu’on se rendait disponibles pour venir les aider.

C’est vraiment essentiel que l’intersyndicale et que tous les syndicats soient présents et s’investissent dans l’AG interpro pour qu’on puisse tous se coordonner, c’est important de fonctionner comme ça. On a pas toujours les mêmes attentes et les mêmes modalités d’actions, entre syndicats, ou entre les syndicats et ceux qui ne sont pas syndiqués, ou bien encore parfois les différents secteurs n’ont pas les mêmes revendications, mais c’est bien de participer pour proposer une multitudes de choses et de ressortir avec une stratégie commune qui fasse accord entre tous.

RP : Comment tu vois la suite au Havre ? Qu’as-tu pensé de la déclaration d’Edouard Philippe et est-ce que tu comptes sur les rencontres des syndicats avec Buzyn et Delevoye qui doivent avoir lieu ce lundi 9 ?

RK : La suite sur le Havre pour tout te dire je la sens bien, puisque justement il y a cette interpro qui fonctionne et qui est un appui très important. Ça nous permet de proposer plein d’initiatives communes à mettre en place et faire vivre la grève, et de ressortir avec un plan de guerre commun. Par exemple on voudrait organiser une communication commune, style Havre de grève, c’est un truc qu’on avait fait en 2010 contre les retraites. Tant qu’il y a de l’énergie autour de tout ça, qu’il y a du monde en AG, je suis confiant.

En ce qui concerne les déclarations du gouvernement… déjà c’est évident pour tout le monde que la grève a été massivement suivie dans plein de secteurs, que ce soit localement ou nationalement, avec 1 500 000 manifestations répartis sur plus de 250 points de manifs.. A Rouen il étaient 30 000 par exemple, nous sur le Havre 25 000 comme j’ai dis, donc franchement, cette première date a été une énorme réussite contre le gouvernement et son projet de casse de nos retraites. Même si le Premier ministre doit intervenir, vraisemblablement pour nous expliquer qu’on a « mal compris la réforme » et nous présenter l’architecture générale, on est habitués de tout ce blabla. On sait que sa volonté c’est, comme toujours, de casser les mouvements forts. Donc même si Delevoye doit remettre une synthèse de ses consultations avec les organisations syndicales en début de semaine, peu importe, ça ne change rien. Les grévistes n’ont pas attendu les tergiversations du gouvernement, plusieurs AG ont eu lieu, il y en aura d’autres, il y a la grève, les actions, c’est ça l’important et pas la propagande et la désinformation du gouvernement. Faut y aller, le seul mot d’ordre qui doit rester c’est le retrait pur et simple de la réforme, c’est tout ! Et tant que ce sera pas fait, on ne rentrera pas et on ne les écoutera pas.

RP : Une dernière question : c’est quoi la suite dans l’immédiat pour vous ?

RK : A l’issue de l’action de vendredi on a organisé une autre AG interpro et on a notamment discuté d’une action de blocage du rond-point de Normandie lundi matin et on s’est donné rendez-vous dès 6h30 comme d’habitude. Mardi matin on organise une action sur la Zone industrielle d’Harfleur, au croisement du pont 7 bis et de la route industrielle, pour bloquer des artères de la ZI. Puis ce sera manif au départ de la Maison des syndicats, à Franklin, puis on se réunira de nouveau en interpro à 15h pour décider de la suite. Ca promet d’être une grosse journée… ce n’est que le début !

Propos recueillis par Marina Garrisi. Pour nous transmettre des informations, témoignages ou photos de la mobilisation au Havre, n’hésitez pas à nous joindre sur notre page Facebook.




Mots-clés

Interpro   /    5 décembre   /    Assemblée générale   /    Réforme des retraites   /    Intersyndicale   /    Grève   /    Le Havre   /    Grève générale   /    Syndicat   /    Politique