^

Politique

Nouvelle fake news ?

« Aucune fermeture » jusqu’en 2022 ? Pourtant, 11 écoles fermeront à la rentrée en Haute-somme !

Le 25 avril, Macron s’était engagé à ce qu’il n’y ait plus « d’ici à la fin du quinquennat de nouvelles fermetures, ni d’hôpitaux, ni d’écoles ». Si le chef de l’Etat avait pris soin d’ajouter une astérisque, en ajoutant « sans l’accord du maire », à Epénancourt petit village dans l’est de la Somme, cette dernière condition n’est même pas respectée…

jeudi 20 juin

« Le président de la République Emmanuel Macron avait pourtant promis aux maires de ne pas fermer d’école sans leur accord… Mais c’était trop tard », explique le maire d’Épénancourt. C’est ainsi pour 10 autres écoles de l’est de la Somme, et ce malgré « les nombreux aménagements réalisés par la mairie pour accueillir dans les meilleures conditions les élèves et leurs parents », explique le maire d’Epénancourt. « La menace pesait depuis des années. En un an, le nombre d’élèves est passé de 109 à 100. Pour le Sisco, il n’était plus possible de maintenir trois écoles ouvertes et il fallait regrouper les classes avec une autre école. C’est celle d’Ennemain qui a été choisie », confie toujours le maire dans un article du courrier Picard qui a tout fait pour sauver son école y compris en écrivant l’académie d’Amiens.

Une nouvelle promesse en l’air d’Emmanuel Macron ? Les faits sont clairs : aujourd’hui ce sont 11 écoles dans le milieu rural qui sont menacées de fermeture pour la rentrée 2019. Alors que les lois contre les fakes news sont passées, le gouvernement reste bien protégé de toutes ses allégations. En Picardie, ce sont même 44 écoles qui fermeront.

Et l’astérisque ajoutée à la fin de son affirmation ne peut même plus être un alibi car cette situation s’est imposée au maire du département suite à l’annonce de l’éducation nationale qui a prétexté la baisse des effectifs dans le SISCO Haute-Somme des Étangs dont fait partie Epénancourt et cinq autres communes (Saint-Christ-Briost, Ennemain, Falvy, Pargny et Cizancourt). Suite à cette réorganisation, l’école d’Épénancourt va devoir fermer ses portes, comme 10 autres, à la rentrée prochaine obligeant ses élèves à faire de nombreux kilomètres pour rejoindre les écoles des villages voisins comme d’Ennemain, Saint-Christ-Briost ou encore Athies qui à rejoint récemment le SISCO. Pour rappel, en mars 2018, Blanquer avait déjà annoncé la suppression de 200 à 300 classes en école rurale.

Cette situation s’inscrit dans un contexte où le gouvernement attaque de plus en plus de secteurs comme les services publics avec la suppression de 300 postes à Radio France, la privatisation de la SNCF, la vague de licenciements à la poste, la lutte des personnels hospitaliers contre le manque d’effectifs, ainsi que dans l’enseignement avec la sélection à l’université, les réformes du bac et la fermeture des écoles. Ainsi, contrairement aux promesses gouvernementales faisant suite au grand débat, les écoles continueront à fermer…




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Politique