^

Politique

Macron responsable !

Le Haut Conseil de la Santé opposé à la généralisation des FFP2 : un soutien à Macron et sa politique criminelle

Ce lundi, Olivier Véran a annoncé que le Haut Conseil de la Santé Publique n’était pas favorable à une généralisation du port du masque FFP2. Un avis qui arrange le gouvernement qui ne s'est pas préparé à leur distribution, alors les masques FFP2 sont beaucoup plus protecteurs que les masques chirurgicaux classiques.

mercredi 12 janvier

Crédits photo : AFP

« L’avis du HCSP n’irait pas vers une extension du port du FFP2 [...]. On est assez loin d’après le HCSP d’étendre le FFP2 à d’autres catégories professionnelles », affirmait ce lundi Olivier Véran devant les sénateurs. Si le gouvernement a prévu de continuer à « discuter » de la généralisation du port du masque FFP2, il semblerait bien que l’avis rendu par l’autorité sanitaire, connue pour son accord récurrent avec le gouvernement, arrange ce dernier qui fait tout pour éviter sa généralisation.

Le masque FFP2, cent fois plus protecteur que le masque chirurgical

Avec près de 368 000 nouveaux cas en 24h et des contaminations entre 500 000 et un million de cas quotidiens selon Olivier Véran, le variant Omicron continue de se propager à vitesse grand V. Selon l’OMS, un européen sur deux pourrait même être contaminé d’ici 6 à 8 semaines.

Dans ce contexte, au-delà de la nécessité de la vaccination qui protège des formes graves, la contagiosité d’Omicron réactualise l’urgence d’outils sanitaires pour davantage protéger la population, et notamment en ce qui concerne les masques FFP2. En effet, comme nous l’écrivions récemment dans nos colonnes, les masques FFP2 sont plus protecteurs que les masques chirurgicaux utilisés par la majorité de la population : « deux études des universités Göttingen et Cornelle indiquent en effet que si deux individus portent un masque FFP2 de façon régulière, le risque maximum de contamination est de 0,4%. Une efficacité près de 100 fois supérieure à celle d’un masque chirurgical classique dès lors que celui-ci présente un risque maximum de 30% de contamination dans la même hypothèse. »

Cette efficacité importante est due à une capacité de filtration supérieure aux masques chirurgicaux. Jérôme Barrière, oncologue, explique ainsi dans un entretien accordé à Libération : « Une recherche scientifique publiée en décembre dans la revue scientifique américaine PNAS [Proceedings of the National Academy of Sciences, ndlr] montre que le masque FFP2 est le plus protecteur. Même s’il est mal mis, il reste plus efficace que les masques chirurgicaux. Avec ses multiples couches et sa forme épousant mieux le visage, il permet aussi de prévenir la circulation du virus. Autrement dit, celui qui le porte transmet moins le Covid. »

L’utilité du masque FFP2 a par ailleurs été reconnue par de nombreux pays qui ont décidé d’en généraliser l’usage, à l’image de l’Autriche qui l’a rendu obligatoire la semaine dernière.

Face à l’irresponsabilité du gouvernement, imposer la gratuité des masques FFP2 !

En ce sens, les déclarations du Haut Conseil de la Santé Publique paraissent irresponsables d’un point de vue sanitaire et semblent davantage aller dans le sens du gouvernement que dans celui des scientifiques. En effet, depuis plusieurs semaines, le gouvernement est réticent à reconnaître l’efficacité du masque FFP2 et son utilité en plein rebond épidémique.

En réalité, ces déclarations visent à masquer la responsabilité du gouvernement et notamment le fait que la production de masques FFP2 ait été réduite de 90% ces derniers mois ainsi que le fait que les masques FFP2 coûtent plus cher, ce qui serait embêtant si le gouvernement venait à en recommander l’utilisation. Comme nous l’écrivions dans nos colonnes : « le gouvernement permet consciemment à la grande distribution de faire un maximum de profit sur un équipement de protection sanitaire en refusant de le recommander officiellement pour éviter non seulement d’avoir à le fournir gratuitement à la population mais aussi de faire face à une pénurie. Une politique qui rappelle celle du printemps 2020, où le discours du gouvernement sur la non-utilité des masques chirurgicaux cachait en réalité un problème de stocks et la volonté de laisser le champ libre aux grandes entreprises. »

Ce choix absurde démontre toute la responsabilité du gouvernement dans la circulation accru de la covid-19. Il s’agit de revendiquer accès et gratuité des masques FFP2 pour réduire les risques de contamination ainsi que de tous les autres outils sanitaires tels que le gel hydro-alcoolique et les tests. Alors que parmi les soignants et les enseignants, la colère gronde et commence à s’organiser, il s’agit de prendre exemple sur ces phénomènes d’auto-organisation pour imposer nos propres protocoles sanitaires sur nos lieux de travail.




Mots-clés

Masques   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Emmanuel Macron   /    Politique