^

Jeunesse

Lutte contre la selection

BTS sous Covid : un millier d’étudiants portent plainte contre Vidal et Blanquer

Après que le premier ministre Jean Castex ait annoncé, le 1er avril dernier, devant l’assemblée nationale, que l’ensemble des examens pouvant se tenir à distance devaient impérativement l’être et si cela n’était pas possible alors de les reporter en mai, le gouvernement reviens sur sa décision pour les étudiants en BTS leur faisant ainsi courir un risque pour eux et leurs proches. Les étudiants ont décidé de réagir en attaquant en justice les ministres de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, et de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal.

lundi 26 avril

Depuis quelques jours nous voyons fleurir sur Twitter des milliers de « #BTSCONTROLECONTINU » ou encore « #BTSCC2021 » pour réclamer l’évaluation au contrôle continu pour l’ensemble des BTS et ainsi économiser à notre système de santé déjà surcharger de nouvelle contamination inutile. Cela permet aussi aux étudiants de faire part de leurs témoignages sur leur situation et ainsi éveiller les consciences sur l’incompétence de nos gouvernants.

Pour appuyer leurs revendication un millier d’étudiant ont décidé d’attaquer le gouvernement en justice avec l’aide de l’avocat Fabrice Di Visio qui a déposé plainte auprès de la Cour de justice de la république. Cela n’a pas tardé à faire réagir Jean-Michel Blanquer qui dans un entêtement montrant l’irresponsabilité du personnage a annoncé au micro de RTL le maintien en présentiel des examens pour les BTS. Il a aussi annoncé une session de rattrapage début juillet et « un coaching personnalisé pour chaque élève qui aurait raté la première session » chamboulant ainsi l’ensemble de l’emploi du temps des élèves concernés et les obligeant à choisir entre leur stage, leur travail pour certain et leurs études.

Depuis maintenant plus d’un an les étudiants sont les premiers sacrifiés par le gouvernement sur l’autel de la crise sanitaire. Pendant que les bourgeois s’octroient du bon temps dans des restaurants clandestins, la majorité des étudiants sont dans leurs cité U à suivre leurs cours à distance, ne voient plus personnes et sont de plus en plus précaires. Et maintenant on leur annonce que certes la situation sanitaire est toujours déplorable mais ça serait vachement sympa pour la « valeur des diplômes » de faire passer les examens en présentiels.

Le maintien de la « valeur des diplômes » est prioritaire pour le gouvernement, au mépris de la situation sanitaire et la santé psychologique et physique de nos étudiants. Si le dépôt d’une plainte est progressiste pour montrer la responsabilité du gouvernement , il faut construire un rapport de force dans la rue pour la validation automatique des examens et des moyens pour l’université. Au vu de la situation actuelle où un étudiant sur 6 a abandonné ces études, où les étudiants n’ont pas accès à des cours convenables, il est impossible de maintenir des examens dans des conditions normales. Le maintien des examens se fait au prix d’une sélection discriminante envers les étudiants les plus précaires.

Encore une fois, le gouvernement, alors que la situation sanitaire est déplorable et que de nouveaux variants font leur apparition, préfèrent faire courir le risque aux étudiants et maintenir coute que coute une sélection brutale. Au mépris de notre santé physique et morale, de nos conditions d’études Vidal et son gouvernement sont résolus à nous faire payer la crise !




Mots-clés

Covid-19   /    Coronavirus   /    Jeunesse   /    Partiels   /    Sélection à l’université   /    Jeunesse