^

Notre classe

Le diagnostic est clair

Bataille des hospitaliers : 108 personnalités en soutien et une grève qui se poursuit

Une lettre ouverte de 108 personnalités pour un service public de qualité vient d’être publié, un appui pour la grève des urgentistes, qui se poursuit depuis 6 mois. En cause la politique agressive de démantèlement des services de santé publics du gouvernement.

mercredi 2 octobre

Dans une lettre publiée dans Le Parisien à l’attention d’Emmanuel Macron 108 personnalité comprenant Vincent Lindon, Lomepal ou encore Richard Bohringer. Ils rappellent que le grand débat qu’avait organisé le président avait mis en avant une demande de plus de service public, mettant au premier rang la Santé et l’Hôpital public. Ils déplorent des difficultés d’accès aux soins, la dégradation de la qualité et la sécurité des soins et observent l’épuisement et l’inquiétude des personnels hospitaliers. Afin d’y remédier, leur demande s’axe sur trois points : assurer l’ouverture de lits, embaucher le personnel nécessaire et une revalorisation des salaires.

Un écho clair à la grève des hospitaliers

Récapitulons. Mi-mars après une énième agression contre des membres du personnel de l’hôpital Saint-Antoine à Paris, une grève voit le jour. Depuis, le mouvement fait tâche d’huile et ne cesse de s’étendre. Le nombre s’étant multiplié par deux depuis juin dernier portant le nombre à 239 services d’urgences en grève sur 680. Cette grève n’ayant pas un réel impact pour les patients, le personnel étant tenu à un devoir de service minimum.

Une première dans ce secteur, et ce ne sont pas les mesures annoncées par la ministre de la santé, Agnès Buzyn, qui auront changé la donne, bien au contraire. Promettant une enveloppe de 750 millions d’euros d’ici 2022 pour tenter de mettre fin à la crise des urgences, elle n’a pas réussi à faire taire ni même atténuer la colère, le plan ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes.

Plus de 20 millions. C’est le nombre de passage par an aux urgences en France. Cependant, le nombre de lits d’hospitalisation complète est passé en dessous de 400.000, détaille un rapport du ministère de la Santé.

En plus de la lettre ouverte des personnalités, un récent sondage montrent que 89% de la population apporte son soutien au mouvement. Ce n’est donc pas un secteur isolé, pourtant le gouvernement reste dans sa ligne, celle des réformes libérales à l’encontre la majeure partie des différents secteurs de la fonction publique. Plusieurs gouvernements successifs n’ont cessé de démanteler un système de service public par des coupes budgétaires répétitives, le gouvernement Macron sonne le glas d’un modèle autrefois reconnu. La bataille se poursuit, le soutient des personnalités est loin d’être négligeable, mais les grévistes ont bien compris que c’est en imposant un rapport de force que le gouvernement reculera, de plus une coopération des différents services hospitaliers doit venir compléter le rapport de force face aux attaques répétées du gouvernement.

Crédit photo : Anthony Cortes




Mots-clés

Agnès Buzyn   /    Santé   /    secteur santé   /    Grève   /    Hospitaliers   /    Notre classe