^

Jeunesse

Mouvement étudiant

Bataille des retraites : 150 personnels et étudiants en AG à l’université Paris 8

Ce mardi, près de 150 étudiants et personnels de l'université Paris 8 étaient réunis en Assemblée Générale pour préparer la bataille contre la réforme des retraites. Alors que cette réforme constitue une attaque majeure contre l'ensemble du monde du travail et de la jeunesse, il va falloir massifier le mouvement dans les universités !

mardi 17 janvier

Crédit photo : Révolution Permanente

Ce mardi, à l’appel de l’intersyndicale de Paris 8 (CGT, La Dionysoise, SNASUB, SUD) et des organisations étudiantes (Le Poing Levé, Solidaires, NPA, UNEF-UEAF) s’est tenue une Assemblée Générale regroupant étudiants et personnels de la faculté. Près de 150 personnes étaient réunies pour se préparer à la bataille contre la réforme des retraites : « Tout le monde s’est mis d’accord sur le caractère profondément anti-social de la réforme, et pour dire que celle-ci était une attaque du capital contre le monde du travail, mais aussi contre la jeunesse, qui subira aussi pleinement cette réforme », explique Pablo, prof et militant à la CGT Paris 8.

Il poursuit : « On a beaucoup discuté de comment gagner, de comment réussir à mobiliser, on a discuté de revendications unifiantes, à la fois sur la question de la précarité, notamment sur la faculté de Paris 8 en revendiquant un salaire étudiant. ». Aujourd’hui, c’est 40% des étudiants selon L’étudiant qui doivent travailler en parallèle de leurs études, ce qui limite les possibilités de suivre les cours avec assiduité. De plus, le syndicaliste explique : « Quand on parle de la retraite, la mise en place d’un revenu étudiant serait un moyen d’augmenter les cotisations pour la caisse des retraites. »

D’autres revendications unitaires ont rencontré un consensus au sein de l’Assemblée Générale, à l’image de la retraite à 60 ans, de la semaine de 32 heures, de l’augmentation des salaires, de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes ou encore des revendications touchant à des problématiques plus spécifiques au secteur de l’éducation supérieure telle que l’augmentation croissante du nombre d’étudiants sans pour autant de budget croissant alloué à ce secteur.

Pablo explique : « C’est plusieurs dizaines de milliers d’étudiants en plus dans le supérieur, mais sans moyens supplémentaires. De plus, une université, c’est un petit village, ça fait vivre indirectement pleins de petits commerces, ça crée de l’emploi, d’autant plus si on parle du salariat étudiant… Une université comme Paris 8, c’est plus de 2000 emplois titulaires, plus tous les emplois reliés à la construction. »

Durant l’Assemblée Générale, la question de la sélection a également été discutée. Les plateformes « Parcoursup » et « Trouve Mon Master » en sont les exemples les plus criants. En effet, ces plateformes, profondément inégalitaires, laissent chaque année des milliers d’étudiants sur le carreau. Dans le cadre de l’autonomisation des universités et de leur mise en concurrence, ce dont la LPR a constitué un nouvel approfondissement, cette sélection des étudiants à l’entrée des universités est de plus en plus rigoureuse.

Elle est le résultat direct des projets néo-libérale de la bourgeoisie et du gouvernement de soumettre toujours plus les études supérieurs aux besoins du patronat, à l’image de la professionnalisation toujours plus importante des élèves du secondaire. « Créer des universités en plus, c’est la vraie réponse aux plateformes de sélection tel que Parcoursup ou Trouve Mon Master, qui ne sont que des cache-misères pour éluder la question du manque de places et du manque de moyens dans l’université », souligne Pablo.

L’Assemblée Générale a aussi esquissé un début de plan de bataille pour lutter contre la réforme. Pablo raconte : « On a parlé concrètement de comment gagner, en se rappelant qu’en 2019, on avait bien gagné. En effet, ce n’est pas le Covid qui a fait reculer le gouvernement, nous, on se rappelle que, dans l’enseignement supérieur, la loi de programmation de la recherche (LPR), contre laquelle nous nous étions aussi mis en grève, est passée durant la période du Covid, alors que le projet de retraite à point, lui, est mort et enterré.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Ce qui a permis cette victoire, c’était l’ampleur de la grève et le fait qu’elle ait touché des secteurs stratégiques tels que la SNCF, les raffineries et la RATP. De plus, en 2019, la large présence de soutien sur les piquets de grève, mais aussi le soutien financier à celle-ci a permi de faire tenir économiquement et moralement ces mobilisations. » En ce sens, Pablo appuie sur la nécessité de construire une lutte « intersyndicale et interprofessionnelle ».

« Là, on était en première Assemblée Générale, alors que la mobilisation n’a pas commencé, que c’est une semaine de partiel et que les cours n’ont pas encore repris et on était déjà 150 », explique Pablo. Un résultat très encourageant pour la suite de la mobilisation à Paris 8. L’Assemblée Générale s’est conclue sur des perspectives de lutte contre cette réforme : « On a voté la grève du 19, on a prévu de faire un cortège commun de la recherche et de l’enseignement supérieur de Paris 8, ça nous permettra de garder la dynamique inter organisationnelle et intersyndicale. Pour la suite, on a évoqué le calendrier de la CGT de la pétrochimie et de l’énergie, avec l’idée de faire grossir le mouvement afin de construire la grève générale. » raconte Pablo.

Alors qu’entre autres, les raffineries, le secteur de l’électricité, la SNCF, la RATP, l’Éducation nationale se préparent à la bataille contre la réforme des retraites, l’Enseignement supérieur se prépare aussi à affronter cette attaque contre un acquis historique du monde du travail. À l’image de la lutte contre la réforme des retraites en 2019, la massification de la grève et son caractère interprofessionnel et intersyndical sont nécessaires pour obtenir le retrait de la réforme.

L’assemblée Générale appelle à la manifestation et grève du 19 janvier et à une autre Assemblée Générale mercredi prochain à 12 heures 30 : venez nombreux !



Mots-clés

Etudiants    /    Assemblée générale   /    Réforme des retraites   /    mouvement étudiant   /    Paris 8   /    Sélection à l’université   /    Grève   /    Université   /    Jeunesse