^

Politique

Nouvelle provocation

Benalla se voit maire de Saint-Denis

L’ancien collaborateur de Macron laisse entendre qu’il pourrait se présenter aux élections municipales de Saint-Denis. C’est par un montage photo sur Twitter qu’il a rendu publiques ses intentions. Comme à son habitude sa communication repose sur la provocation, qui conforte son statut d’individu intouchable.

jeudi 3 octobre

Mercredi 2 octobre, c’est via Twitter et avec un photomontage qu’Alexandre Benalla a annoncé la possibilité de sa participation aux élections municipales de 2020. Dans son tweet, Benalla indique que la photo de lui avec l’écharpe de maire ne vient pas du « Gorafi » un journal parodique.

Si on en croit l’Obs et le Journal de Saint Denis, c’est sur cette commune du 93 que le barbouze de Macron aurait jeté son dévolu. Il semblerait qu’il ait déjà commencé sa campagne auprès des commerçants de la ville.

Dans une autre interview à L’Obs, Benalla pousse la provocation encore plus loin : « Je viens moi aussi d’un quartier et mon parcours est susceptible d’intéresser les jeunes issus de milieux populaires » . Et quel exemple pense-t-il incarner ? Alexandre Benalla a fait ses premières armes dans le service d’ordre du Parti Socialiste avant de se rapprocher de Macron et d’accéder aux ressources de l’Élysée pour se déguiser en policier et aller frapper des manifestants un premier mai.

Comme lors de son passage à la fête de l’Humanité début septembre, Benalla mise sur une com provocante et décalée pour occuper le devant de la scène et conserver un minimum d’apparition publique. C’est certainement le dernier ressort sur lequel il peut se baser, alors qu’il a été rendu célèbre pour son action place de la Contrescarpe, sa complète désinvolture face au Sénat et aux perquisitions de la police. Il représente ainsi un aspect pourrissant du macronisme. Celui qui peut tous se permettre et rester impuni de par sa proximité avec le pouvoir.

Crédit Photo : Régis Duvigneau/Reuters




Mots-clés

Macronisme   /    Affaire Benalla   /    impunité policière   /    Saint-Denis   /    93   /    Politique