^

Monde

Chine - Etats-Unis

Biden utilise à nouveau Taïwan pour faire pression sur la Chine

Joe Biden a encore une fois déclaré que les Etats-Unis viendraient en aide à Taïwan en cas d’agression chinoise. Pour le moment cela reste juste une rhétorique belliciste mais qui exprime la dégradation des relations entre les deux Etats.

samedi 23 octobre

Le président des Etats-Unis a déclaré lors d’une réunion à Baltimore que Washington était prêt à venir en aide à Taïwan en cas d’agression chinoise. Ce n’est pas la première fois que le président nord-américain se livre à une telle déclaration (il avait tenu des propos similaires en août dernier). Ce n’est pas non plus le premier président nord-américain à faire de telles déclarations. Mais les paroles de Biden arrivent à un moment où les relations entre les deux pays sont au plus bas et alors que la rhétorique belliciste se renforce de jour en jour.

Cependant, la Maison Blanche a très rapidement clarifié que les déclarations du président n’indiquaient nullement un changement de la politique des Etats-Unis à l’égard de Taïwan. Autrement dit, cela n’implique pas un changement dans « l’ambiguïté stratégique » que Washington entretient avec la Chine et la question taïwanaise depuis 1972. Dans le communiqué de Shangaï de cette année-là, les Etats-Unis reconnaissaient la souveraineté chinoise sur Taïwan tout en aidant l’île à construire sa défense, laissant entendre que les Etats-Unis pourraient défendre Taïwan face à une tentative d’unification violente de la part de Pékin.

Mais les déclarations de Biden s’inscrivent dans un contexte où aux Etats-Unis il y a de plus en plus de voix qui exigent que Washington affiche un soutien plus ouvert à l’égard de Taïwan en cas d’invasion chinoise. Ainsi, John Bolton, ex conseiller de Donald Trump, écrit dans une tribune dans le Wall Street Journal, que « pour contrer la nouvelle belligérance de Pékin, une stratégie efficace doit aller au-delà de l’élimination de l’"ambiguïté stratégique" quant à savoir si les États-Unis prendront la défense de l’île. Une stratégie réussie nécessitera de clarifier le statut de Taïwan, sa place critique dans la politique indo-pacifique et son importance économique au niveau mondial. La contribution militaire des États-Unis à la sécurité de Taïwan est cruciale, mais elle nécessite un soutien politique fort ici et à l’étranger ». Pour Bolton il s’agit de reconnaître l’indépendance de Taïwan, ce qui provoquerait une crise majeure avec la Chine dont les conséquences sont imprédictibles.

Cependant, dans le contexte du retrait américain chaotique d’Afghanistan, il y a des voix qui s’élèvent pour s’opposer à un tel tournant politique, qui pourrait impliquer d’important dangers. « Pas plus tard qu’en 2016, Taïwan consacrait un anémique 1,6 % de son PIB à la défense, et l’année prochaine ne devrait être que légèrement meilleure, à 2,1 %. Les preuves suggèrent que les vantardises constantes des leaders d’opinion américains, selon lesquelles les États-Unis devraient donner des garanties de sécurité à Taïwan, amènent les dirigeants de l’île à conclure qu’ils n’ont pas besoin de dépenser de l’argent pour leur propre défense parce qu’ils croient que nous la leur fournirons. (…) Il est clair qu’un nombre considérable de Taïwanais ne croient pas que la menace de la Chine soit réelle, ne croient pas que leur pays puisse vaincre la Chine si elle attaquait, ou ne veulent tout simplement pas "perdre leur temps" à s’engager dans l’armée. Une telle dynamique rappelle la situation récente en Afghanistan, où un grand nombre de soldats afghans préfèrent conclure des accords avec leur ennemi plutôt que de se battre jusqu’à la mort dans un combat qu’ils ne pensent pas pouvoir gagner. Le fait que les troupes américaines se soient battues pour eux pendant 20 ans n’a donc fait aucune différence », écrit l’ancien colonel de l’armée nord-américaine Daniel Davies dans un article intitulé « Pourquoi les soldats américains devraient mourir pour Taïwan ? ».

Le plus probable c’est que ces déclarations de Biden répondent à des enjeux de politique intérieure et en partie également cherchent à envoyer un message à la Chine après que des tests de missiles hypersoniques aient été révélés par la presse. L’objectif des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine et de la question taïwanaise étant d’empêcher que Pékin ait un accès direct et libre à l’Océan Pacifique. Par ailleurs, tout semble indiquer que Washington n’a pas d’intérêt à s’engager à court terme dans un conflit direct avec la Chine. C’est pour cela que le gouvernement nord-américain tente de dissuader Pékin d’attaquer Taïwan espérant pouvoir affaiblir la Chine avant qu’elle soit en mesure et ait intérêt à envahir l’île.

Il n’est pas non plus une évidence que la Chine veuille dans l’immédiat s’attaquer à Taïwan. Bien que cette perspective ne puisse pas être écartée dans le moyen et long terme, la réalité c’est qu’aujourd’hui la Chine entretient une relation économique avec Taïwan et s’attaquer à elle pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la Chine même. Pour Taïwan aussi, la dégradation des relations avec la Chine est un « jeu » dangereux. En effet, la Chine représente la principale destination des exportations taïwanaises (44% des exportations en 2020). Sur cette question Roy C Lee du Chung-Hua Institution for Economic Research écrivait en juillet dernier : « la question essentielle est de savoir si la concentration des échanges est le signe d’un faible niveau de résilience, d’une dépendance excessive et d’autres risques pour la sécurité économique auxquels Taïwan est confrontée ou, au contraire, s’il s’agit d’une indication de la "dépendance des fournisseurs" de la Chine vis-à-vis de Taïwan. Les cinq principales catégories de produits exportés de Taïwan vers la Chine, mesurées en valeur, sont les suivantes : machines et équipements électriques et pièces détachées ; machines, appareils mécaniques et ordinateurs ; instruments et accessoires d’optique et autres instruments de précision ; plastiques et articles ; et produits chimiques organiques. Ensemble, elles représentaient 86,3 % des exportations de Taïwan vers la Chine en 2020. Le commerce entre les deux rives du détroit est principalement constitué de machines électriques - elles représentent 64 % du total des exportations. Les semi-conducteurs sont le produit le plus important de la catégorie des machines électriques, représentant 78 % des exportations de machines électriques. Ainsi, l’augmentation de 27 % des exportations de semi-conducteurs vers la Chine en 2020 est le principal facteur à l’origine de l’augmentation globale des exportations ».

Evidemment que dans une guerre les facteurs économiques ne sont pas les seuls qui déterminent son déclenchement ou non, et ainsi des facteurs extérieurs aux relations purement économiques entre la Chine et Taïwan pourraient rentrer en jeu. Quoi qu’il en soit, cette situation de plus en plus instable et tendue au niveau internationale, est en train de créer des scénarios catastrophiques pour les travailleurs et les classes populaires de la région et même du monde.




Mots-clés

Taiwan   /    Joe Biden   /    Impérialisme   /    Etats-Unis   /    Chine   /    Monde