^

Notre classe

Les vœux du ministre de l’Éducation pour 2020

Blanquer a-t-il perdu la bataille de la communication ?

On ne l’entendait plus depuis plusieurs jours, celui qu’ils avaient préféré planquer de peur que ses petites phrases n’attisent la colère des enseignants mobilisés contre la reforme des retraites vient de ressortir pour formuler ses vœux.

mercredi 1er janvier

On n’entendait plus Jean Michel !

Depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites, le gouvernement avait semble-t-il choisi de se passer de l’image du ministre de l’éducation devenu très impopulaire depuis les réformes de l’an passé, et dont les petites phrases n’avaient de cesse d’attiser la colère des profs.
Ce qui n’a pas manqué de pousser les travailleurs de l’éducation à ironisé doucement sur la disparition du ministre de la scène médiatique. Ainsi sur les réseaux sociaux, suite à la publication d’un post « on n’entends plus Jean-Michel… » les commentaires des profs allaient bon train « ça nous fait des vacances ! », ou « a chaque fois qu’il parle, il met les enseignants dans la rue. On a du lui dire de se taire ! »

Jean-Michel parle avec ses mains et que nous promet-il pour 2020 ?

Celui qui a déjà bien entamé la casse de l’éducation nationale en s’attaquant au statut de fonctionnaire et en détricotant toute l’organisation du système éducatif, semble bien dans le fond vouloir poursuivre sa mission en 2020, mais tout en jouant du ton de l’apaisement sur la forme. Et c’est bien la ligne du gouvernement dans son ensemble pour la rentrée : maintien des projets de réformes et en premier lieu celle des retraites mais tout en faisant mine de rechercher le "compromis". Si la tonalité du discours est soporifique c’est donc qu’il s’agit d’endormir les travailleurs de l’éducation !

Selon Blanquer « Une société qui va bien est une société qui croit en son école… une société qui respecte ses professeurs » pourtant celui-ci ne touche pas un mot du suicide de Christine Renon ou de la détresse des travailleurs de l’éducation. Et il ne suffit pas seulement d’y croire… Depuis le début de sa prise de fonction Blanquer accentue les difficultés en ne mettant aucun moyen au service de l’éducation. En effet, le bilan du ministre parle pour lui. Celui-ci se résume à une accumulation d’offensives contre les travailleurs poussés à bout, au service du projet néolibéral du gouvernement, à l’image du projet de réforme des retraites qui n’a d’autre vocation que de voir les travailleurs passer leur vie à trimer pour une retraite de misère.

Celui-ci a même l’audace de faire ses bons vœux le jour de l’entrée en vigueur du Décret 2019-1593 qui permet qu’une procédure de rupture conventionnelle puisse être engagée « à l’initiative du fonctionnaire ou de l’administration, de l’autorité territoriale ou de l’établissement dont il relève. » Autant dire la mise en place du licenciement déguisée pour les travailleurs de l’éducation nationale.

Face aux vœux du ministres, les travailleurs de l’éducation doivent dès la rentrée se remettre dans la bataille contre la réforme des retraites mais également pour le retrait de toutes les réformes Blanquer et ne pas se laisser bercer d’illusions quant à de soi-disant augmentations de salaire.




Mots-clés

Grève décembre 2019   /    Education nationale    /    Grève du bac   /    CGT educ’action   /    SUD-Education   /    Grève   /    Grève générale   /    Education   /    Notre classe