^

Jeunesse

5 février

Blocage à Paris 8 : « C’est le moment d’attaquer, la jeunesse est déterminée et ne s’arrêtera pas là ! »

Ce 5 février, journée de grève nationale interprofessionnelle appelée par la CGT, Solidaires, la FSU, saisie par de nombreux secteurs de Gilets Jaunes et rejoint par le Nouveau Parti Anticapitaliste et La France Insoumise entre autres partis politiques, pour en faire le début d'un mouvement de grève générale contre Macron et son monde, les étudiantEs ont tenus à se joindre au mouvement.

mardi 5 février

A Paris 8 le blocage de l’université a ainsi permis de réunir plus de 350 etudiantEs en Assemblée Générale pour décider des suites de la mobilisation. Car le combat mené par les Gilets Jaunes concerne aussi les étudiantEs, familiers de la précarité (1 etudiantEs sur 2 travaille pour financer ses études), des jobs sous-payés, des fins de mois difficiles ou encore du mal-logement, le mouvement étudiant partage également les revendications démocratiques des Gilets Jaunes à l’aune de la décision prise unilatéralement et sans aucune concertation par Macron et son Premier Ministre de multiplier par seize les frais d’inscription à l’université pour les étudiantEs étrangerEs hors Union Européenne.

Outre que cette mesure tend à s’appliquer à tous les etudiantEs, étrangerEs ou non, participant à fermer définitivement les portes de l’université sur aux couches populaires - une année coûterait désormais 2770 euros en licence au lieu de 170 euros, et 3770 euros en master ! - elle met également en évidence le caractère impérialiste et raciste de l’Etat francais, car les etudiantEs actuellement concernéEs par cette mesure viennent majoritairement des ex colonies et des pays dominés en Afrique, en Asie, ou en Amérique latine. Ainsi l’université de Paris 8 - Saint-Denis, fac de banlieue où plus d’un étudiantE sur cinq est étrangerE, se doit d’être à l’avant-garde de la mobilisation contre le gouvernement.

Alors que la lutte politique fait rage au sein du mouvement des Gilets Jaunes - mouvement inédit de par son ampleur er sa radicalité depuis mai 68, qui a su mettre un frein sans précédent au rouleau compresseur néo-liberal en marche depuis plus de trente ans - pour dégager l’extrême droite des cortèges et des ronds points, la jonction avec un mouvement étudiant massif, avec des revendications internationalistes et anti-capitalistes, pour une université ouverte à touTEs, aux étrangerEs comme aux enfants d’ouvrierEs, serait une défaite de taille pour les fachos, et ouvrirait la possibilité d’élargir la mobilisation pour gagner contre Macron et son monde.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Paris 8   /    Grève   /    Université   /    Jeunesse