^

Notre classe

Répression dans l’éducation

Bobigny. 250 enseignants en soutien à Hélène, menacée de répression !

Ce mercredi 10 février 2021, c'est un peu plus de 250 enseignants du 93, du 94 et du 95 qui sont venus braver le froid pour soutenir leur collègue Hélène devant la Direction des Services Départementaux de l'Education Nationale (DSDEN) de la Seine-Saint-Denis.

mercredi 10 février

Enseignante depuis plusieurs années à l’école Marie Curie de Bobigny, Hélène est accusée à tort par le Directeur Académique qui a envisagé une mutation dans l’intérêt du service.
Dans le communiqué de Sud Éducation 93, on explique que : "Depuis la rentrée 2019, après le départ de Véronique Decker à la retraite, l’inspectrice de l’éducation nationale de Bobigny n’a cessé de s’acharner sur une partie de l’équipe enseignante de l’école en usant de pratiques managériales autoritaires, culpabilisantes et infantilisantes qui remettent en cause un projet d’école instauré autour de la pédagogie Freinet depuis de nombreuses années." et rajoute peu après : "La répression pédagogique a même mené l’IEN à interdire à Hélène de prendre une classe de CP à la rentrée 2020 car elle avait osé remettre en question la pertinence des évaluations nationales, tout comme de nombreux·ses collègues.". Mais l’acharnement ne s’est pas arrêté là : Hélène n’a depuis cessé de subir des pressions hiérarchiques.

Ce mercredi avait lieu le rassemblement, où plusieurs soutiens ont pris le microphone tour à tour. Tout d’abord, ce sont des mères d’élèves qui ont pris la parole pour soutenir l’ancienne institutrice de leur fille. L’une d’entre elle prend la parole devant la foule et nous explique en quelques mots comment Hélène s’était investie lorsque sa fille, au comportement difficile, était alors élève dans sa classe. L’émotion et l’incompréhension de la situation est trop forte, elle fond en larme en la remerciant de multiples fois. Ce sont ensuite plusieurs enseignants de l’équipe pédagogique de l’école Marie Curie qui prennent la parole, ils réaffirment un soutien sans faille à leur collègue en lisant la lettre écrite la veille adressée au Directeur Académique, ils ne comprennent pas les accusations qui lui sont portées.
Le soutien des parents c’est d’ailleurs déjà exprimé dans cette vidéo :

Enfin, c’est Véronique Decker, directrice pendant près de vingt ans à l’école Marie Curie et ancienne collègue d’Hélène Careil pendant cinq ans, qui prend la parole.

Ce n’est donc pas son professionnalisme qui est mis en cause, mais bien ses choix pédagogiques et son appartenance syndicale qui posent problème, et c’est bien ce qu’ont compris les participant aux rassemblements. Ce sont les libertés pédagogiques prisent par les enseignants et les sensibilités syndicales qui sont encore aujourd’hui réprimées comme dans le cas des collègues du collège République à Bobigny.