^

Notre classe

Santé en lutte

Bordeaux. Au CHU, nouvelle mobilisation des techniciens de laboratoire ce 1er juin

Après la grève nationale des laboratoires du 18 mai, resté sans réponse du gouvernement, les techniciens de laboratoires, comme de nombreux services du CHU, sont en colère : ils appellent ce mardi de nouveau à la grève.

lundi 31 mai

Après la grève nationale des laboratoire du 18 mai, sans réponse de la part du gouvernement, les techniciens de laboratoire veulent continuer à lutter : à Bordeaux, au premier CHU de France, ils vous donnent rendez-vous ce mardi à 10H sur le rond point de l’entrée de l’hôpital Pellegrin.

Comme la majorité des secteurs de l’hôpital, les mesures du Ségur ne sont que mépris pour les travailleurs. Il n’y a rien pour améliorer les conditions de travail, la valorisation de 183€ est loin de combler le gel du point d’indice en vigueur depuis des dizaines d’années.

En plus de cela, tout le jeu de communication du gouvernement pendant la crise sanitaire a été centré sur les soignants, méprisant ainsi de nombreux secteurs tel que le bionettoyage, où le CHU de Bordeaux privatise et donc précarise les ASH,
mais aussi les laboratoires, qui ont du enchaîner les heures supplémentaires pendant les grandes vagues de tests Covid PCR, à cause de l’impréparation du gouvernement, où sa stratégie est de faire le moins de frais possible au détriment des patients et des conditions de travail.

Un préavis de grève national a donc été posé par SUD santé :

Les revendications du secteur sont liées au fait que les gouvernements successifs se sont toujours concentrés sur la rentabilité des hôpitaux, à coups d’austérité avant l’amélioration des conditions de travail. Ils revendiquent aussi de nouvelles valorisations liées à la modernisation des techniques de laboratoire qui sont de plus en plus automatisées. Aujourd’hui ce sont les machines, véritables usines à tests, qui permettent de réduire de plus en plus le personnel des laboratoires avec toujours plus de tests. Grâce à ses progrès technologiques, les laboratoires privés mais aussi publics arrivent à se faire du profit sur le dos des laborantins, et arrivent même à rentrer en bourse comme le groupe des laboratoires Synlab le mois dernier.

Mais comme on peut le voir sur le préavis, les enjeux ne sont pas que pour les travailleurs des laboratoires mais aussi pour l’ensemble des hospitaliers et autres secteur de la santé comme le médico-social qui ont été présents pendant la crise, sans masque au 1er confinement et sans moyens supplémentaire pour faire face aux problèmes psychologiques liés à l’isolement.

Il est donc important de construire une lutte qui regroupe l’ensemble des travailleurs de la santé, en reconductible, car les grèves corporatives et saute mouton ne permettent pas de construire un rapport de force à la hauteur des nombreuses attaques du gouvernement qui ont eu lieu et qui vont avoir lieu très prochainement.




Mots-clés

Pellegrin    /    SUD Santé   /    Casse de l’hôpital   /    Santé   /    secteur santé   /    Bordeaux   /    Notre classe