^

Notre classe

Bordeaux. Rassemblement pour défendre l’hôpital Robert Picqué

A l’appel de plusieurs organisations et collectifs, un rassemblement s’est tenu ce samedi devant l’hôpital Robert Picqué, contre sa fermeture et pour exiger plus de moyens dans l’hôpital public !

samedi 13 juin

200 personnes pour défendre l’hôpital public

Ce samedi matin ce sont plus de 200 personnes qui ont répondu à l’appel de rassemblement contre la fermeture annoncée de l’hôpital Robert Picqué (statut particulier d’hôpital militaire). Un membre de l’hôpital rappelle aussi que nous devons, après cette première vague du virus qui a fait des milliers de morts et continue de représenter une menace importante pour la population, défendre le maintien des services, des lits et des structures avec du personnel pour prévoir d’autres catastrophes sanitaires contre la logique de fermeture et de concentration dans un seul établissement qui entraînera alors le renoncement à certains services pourtant indispensables.

Le rassemblement s’inscrivait dans la démarche de visibiliser tous les travailleurs, ainsi que leurs revendications, qui ont été au front pendant la crise sanitaire et qui aujourd’hui voient leurs emplois menacés par la crise économique. Une première ligne qui était tout d’abord, comme le souligne une intervenante, composée majoritairement de femmes travailleuses parmi les secteurs les plus précaires dans les hôpitaux, les supermarchés, les gares, etc.

Plusieurs collectifs sont intervenus dans le sens de lier la lutte des hospitaliers aux secteurs les plus précaires parmi lesquels les travailleurs sans papiers, des familles entières, ont été expulsées en pleine pandémie en raison de leur situation d’irrégularité et qui ont fait face au confinement avec l’aide des associations qui ont mis en place une aide alimentaire.

Un jour d’après, mais par l’auto-organisation des travailleurs

Il ne suffit pas de défendre l’hôpital public, il faut exiger des moyens pour celui-ci qui soient taxés sur les capitalistes par un Impôt Sur les grandes Fortunes. L’hôpital Robert Picqué devrait ainsi être sous le régime général du service public, non pas un hôpital placé sous le Ministère des Armées. Si la gestion de l’hôpital par les directions de CHU et le gouvernement n’ont pas su répondre aux besoins des travailleurs et de la population, alors c’est aux travailleurs eux-mêmes d’organiser l’hôpital, ses budgets : toutes les cliniques privées doivent ainsi être nationalisées sous contrôle des travailleurs.

Dans ce sens il est primordial de construire la grève du 16 juin et de converger la lutte des hospitaliers avec la lutte antiraciste, contre la répression d’une police qui est la même dans les quartiers populaires que sur les lieux de travail ou dans la rue.

A Bordeaux le rassemblement est à 11h à l’hôpital Saint André de Bordeaux. Soyons nombreux et nombreuses pour commencer à construire le jour d’après par l’auto-organisation et la grève !




Mots-clés

Covid-19   /    rassemblement   /    Coronavirus   /    Casse de l’hôpital   /    Bordeaux   /    Hospitaliers   /    Notre classe