^

Racisme et violences d’Etat

Régularisation de tous les sans papiers !

Bordeaux. Refus du droit d’asile pour la famille d’Ilkin, une nouvelle expulsion dans la ville d’EELV

La Cour nationale du droit d'asile a rejeté la demande d'asile de la famille Aliyev, réfugiée d'Azerbaïdjan pour fuir les tensions politiques du pays. En rejetant la dernière possibilité de la famille pour rester ensemble en France, la Cour nationale du droit d'asile poursuit la politique raciste du gouvernement, sous les yeux du maire écologiste de Bordeaux qui reste une nouvelle fois silencieux.

mercredi 27 juillet

Ce lundi 25 juillet, la famille Aliyev a appris que sa demande d’asile a été refusée par la Cour nationale du droit d’asile. Réfugiée d’Azerbaïdjan et vivant en France depuis 7 ans, la situation de cette famille s’était fait connaître lors d’un rassemblement de soutien au lycée Pape Clément, où Ilkin, le fils, a décroché son baccalauréat. Puisqu’il s’agissait cette fois du dernier recours pour rester ensemble en France, ils se retrouvent sous la contrainte de devoir potentiellement se séparer. En effet, Ilkin serait en attente d’une réponse suite à une demande de titre de séjour étudiant, afin de poursuivre ses études à Bordeaux. Cependant, sa famille est dans l’obligation de quitter son domicile et va être expulsée du territoire.

Cette politique raciste que mène le gouvernement et ses institutions n’est pas nouvelle, et encore moins dans la métropole bordelaise. En effet, la ville a connu de nombreux de cas d’expulsions : en mars dernier par exemple, un réfugié géorgien menacé dans son pays d’origine était expulsé par la préfecture de Bordeaux, ou encore la famille Kaya qui, en octobre dernier, était jugée "pas assez intégrée" et menacée d’expulsion après 16 ans passés à Cenon. Dans le même sens dans cette politique anti-migratoire, les expulsions de squats ne cesse de se répéter en gironde sous les directives de la préfecte Buccio, à l’image de celle de L’Eclaircie-La Vie est belle, faite en totale complicité avec la mairie d’Hurmic dans un but de gentrification.

Tout cela se passe sous les yeux du maire écologiste de Bordeaux, Pierre Hurmic, qui reste dans le silence. Sous un pseudo-progressisme qu’il souhaite afficher pour sa mairie EELV coalisé avec le PS et le PCF, lorsqu’il annonce accueillir des familles afghanes en août dernier, après la prise de pouvoir des talibans, ou plus récemment des réfugiés ukrainiens, se cache en réalité la caution de la politique xénophobe et anti-migratoire du gouvernement. Accueillir 4 familles afghanes pour en laisser des dizaines se faire expulser par la suite car ce n’est pas au goût du jour : c’est ça le fameux "progressisme" d’EELV.

Nous apportons tout notre soutien à la famille Aliyev et dénonçons fermement l’ignoble politique du gouvernement. Il est aujourd’hui encore nécessaire de revendiquer la liberté de circulation et d’installation des migrants, ainsi que la régularisation de tous les sans-papiers pour que toutes et tous puissent vivre dans des conditions dignes et pérennes.

Pour nous soutenir, c’est par ici !



Mots-clés

Lycéens   /    Racisme d’État   /    EELV   /    expulsion   /    Bordeaux   /    Racisme   /    Racisme et violences d’Etat   /    Politique