^

Bordeaux. Retour sur une journée d’actions et de manifestations réussie.

70 000 manifestants selon l’Intersyndicale à Bordeaux : contrairement à ce que cherche à faire entendre le gouvernement, la mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas. Après une série de piquets, blocages et d’actions dans la matinée, les manifestants ont défilé dans une ambiance déterminée. Une partie du cortège a souhaité partir en manifestation sauvage jusqu’à la gare en soutien aux cheminots, en fin de parcours. On dénombre trois interpellations dont un membre de la CGT énergie, la réponse de ses collègues ne s’est d'ailleurs pas faite attendre : ils ont coupé le courant de l’Hôtel de police dans la soirée !

vendredi 10 janvier

5h. Blocage du dépôt de bus de TBM de Bordeaux-Lac

Dès 5h, le dépôt de bus TBM de Bordeaux Lac était bloqué par des soutiens aux grévistes, dont des Gilets Jaunes et des étudiants, perturbant la circulation : aucun des centaines de bus ne sortaient du dépôt. 30% des 2000 salariés de TBM étaient en grève ce jeudi.

Coupure de courant à la gare : les énergéticiens se solidarisent des cheminots !

A 10h du matin, le courant a été coupé à la gare de Bordeaux Saint-Jean pour empêcher le départ des trains en solidarité avec les cheminots en grève6. L’action a été votée en Assemblée Générale et revendiquée par la CGT Energies 33. L’objectif affiché est de soutenir la mobilisation « admirable », la « bravoure, le sacrifice et le courage » des cheminots en grève « que l’histoire retiendra ». Cette action s’inscrit dans une série d’actions mises en œuvre par les énergéticiens mobilisés dans tout le pays, et en particulier à Bordeaux. Depuis le début du 5 décembre, les actions de coupure de courant ont visé des cibles stratégiques, comme les grands centres commerciaux. Une cellule « robin des bois de l’énergie » rétablit également le courant aux plus précaires énergétiques.

Les cheminots, toujours très mobilisés

Les cheminots ont également tenu leur habituel piquet dans la matinée. 70% étaient mobilisés ce jeudi pour leur 36ème journée de grève ! Ils demeurent l’un des secteurs les plus déterminés, et ce malgré la répression policière et l’acharnement médiatique mené par le gouvernement.
Ceux-ci ont pu récolter 14 000 euros pour leur caisse de grève durant la manifestation : un geste qui démontre, malgré que les médias traditionnels cherchent à démontrer le contraire, l’énorme solidarité et la reconnaissance envers les cheminots, à la tête d’une dure bataille contre le gouvernement, et ce depuis le 5 décembre ! Il est en effet très important de leur apporter notre solidarité, en contribuant à alimenter la caisse de grève. Un élément essentiel pour que ces salariés très combatifs puissent tenir, et pour que la grève puisse se généraliser à d’autres corps de métiers.
Le défilé s’est par ailleurs suivi d’une manifestation sauvage jusqu’à la gare en compagnie de milliers personnes venues démontrer leur solidarité aux cheminots !

Une manifestation massive, suivie par l’envahissement de la gare

A 10h30, un cortège unitaire composé d’étudiants et de la communauté universitaire s’est réuni en direction de République, départ de la manifestation. Les avocats étaient également présents. Réunis en assemblée générale ce lundi, ils avaient décidé massivement de rejoindre le mouvement contre la réforme des retraites.
La manifestation s’est déroulée dans une ambiance déterminée, regroupant 70 000 personnes, malgré les chiffres risibles de la Préfecture qui dénombrerait… 10 000 manifestants.

A la fin du parcours officiel, une marche sauvage de plusieurs milliers de personnes est partie en direction de la gare Saint-Jean pour bloquer les trains. A l’arrivée devant la gare, malgré la forte répression, avec des gazages et des tirs de LBD de la BAC depuis un pont, certains manifestants déterminés ont investi la gare et les voies. Les trains ne circulaient donc plus en cet après-midi du 9 janvier à la Gare Saint-Jean.

Les énergéticiens coupent le courant de l’Hôtel de police en soutien aux interpellés !

Sur le parcours de la manifestation sauvage, au moins trois personnes ont été interpellées, dont un salarié de l’énergie. Un rassemblement s’est tenu devant le commissariat central où ceux-ci étaient retenus. La réponse des énergéticiens ne s’est pas faite attendre : ceux-ci ont coupé le courant de l’Hôtel de police en soutien à leur collègue de la CGT Energies et aux interpellés ! Une très belle démonstration de solidarité de classe, face aux forces de l’ordre qui répriment manifestants et grévistes ! Bravo à eux ! Tout notre soutien aux interpellés !




Mots-clés

Grève   /    Bordeaux   /    Grève générale