^

Politique

Régularisation de tous les sans-papiers !

Bordeaux. Solidarité avec Ilkin, lycéen réfugié menacé d’expulsion du territoire français

Un rassemblement a été organisé ce mardi 5 juillet pour soutenir Ilkin. Ce lycéen fuyant les tensions politiques de son pays d’origine, l’Azerbaïdjan, est aujourd’hui menacé d’être expulsé de France depuis qu’il a atteint la majorité. Pour le défendre, un groupe d'enseignants de son lycée a constitué un comité de soutien afin de s’organiser pour l’aider à faire face à cette situation.

jeudi 7 juillet

Le jour des résultats du bac, un rassemblement de solidarité avec Ilkin était organisé devant le lycée Pape Clément à Pessac, dans l’agglomération bordelaise. Fraichement diplômé, Ilkin était resté très discret sur sa situation. Aujourd’hui, il décide de vouloir se faire entendre : il raconte son parcours de réfugié politique qui, en raison des tensions politiques entre son pays d’origine, l’Azerbaïdjan et l’Arménie, il se retrouve dans une situation incertaine et difficile, sans aucune sécurité ni pour lui ni pour sa famille.

La veille, Ilkin était à Paris suite à une première demande refusée par l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA) dans le but d’exposer son parcours de réfugié en tant qu’enfant. Traversant la Suisse, l’Allemagne et la France, où il vit avec sa famille depuis 7 ans, il nous raconte : “J’ai grandi ici, je vais donner mon avis et ce que j’ai sur le cœur. Peut-être que ça va changer”. Sa vie a toujours été imprévisible, il relate la difficulté de grandir dans un contexte de fuite sans aucune protection : “On ne pense pas à ce que les enfants ressentent, les parents sont juste tout le temps en fuite. Si je retourne là bas, il y a le service militaire et je devrais aller à la guerre”. Cependant, si son avenir reste incertain, une forte solidarité s’est organisée pour le soutenir dans l’attente des résultats de sa demande d’asile le 25 juillet.

Ces différentes politiques de non-renouvellement de titres de séjour, suivies par des notifications d’expulsions du territoire, s’inscrivent dans la droite ligne des mesures répressives et racistes du gouvernement français. Que ce soit pour Ilkin, les étudiants réfugiés d’Ukraine et toutes les personnes souhaitant étudier en France, il s’agit d’exiger l’inscription dans les universités, avec la régularisation de tous les sans-papiers, et le droit à une vie digne : solidarité avec Ilkin et sa famille ! 



Mots-clés

Lycéens   /    expulsion   /    Bordeaux   /    Lycées   /    Réfugiés   /    Politique