^

Politique

Journée de grève

Bordeaux. Un 19 mars conséquent et un corps enseignant remarqué

Ce Mardi 9 Mars, un appel intersyndical lancé par la CGT, FO et la FSU annoncé une journée de grève interprofessionnel. A Bordeaux, le cortège a atteint près de 7000 personnes, avec une forte présence de la FSU et du corps enseignants.

mercredi 20 mars

1 / 1

La manifestations était appelée à 11h30 a Place de la République, la place a commencé à se remplir jusqu’à midi, heure où le cortège pris la direction de Gambetta. Le principal slogan était "Jeunes, actifs, retraités, tous unis contre l’austérité" qui résonnait dans tout les cortèges syndicaux. Le second slogan et les revendications de cette journée étaient contre la retraite à points, majoritairement chanté par les retraitées dans les cortèges.

Un second secteur important de cette journées de grève, étaient les enseignants, venus nombreux pour protester contre la réforme Blanquer nommé "école de la confiance", qui installe notamment un droit de réservé pour les instituteurs, obligé alors a ne plus pouvoir critiquer les institutions. Continuant en parallèle le combat contre Parcoursup et toute forme de sélections a l’université. Faisant part de leur résistance face a une école qui se meurt, tué par le gouvernement, asphyxiant les professeurs, directeurs et les élèves. De nombreuses écoles étaient mobilisés en Gironde : entre 150 et 200, de nombreux cortèges pas établissements étaient présent.

Il faut souligner la présence des Gilets jaunes, venus par centaine pour converger avec les professeurs et retraités. Contrairement à la première journée de grève interprofessionnelle du 5 Février où les Gilets Jaunes étaient venu en masse, avaient formé quasiment un second cortège, mais avait surtout connu une forte répression, en envahissant la rocade en fin de manifestation.

Après la fin de manifestation à Meriadeck, les Gilets jaunes n’ont pas dis leur dernier mot, après cette manifestations tranquille, ils décidèrent de mener des actions. Un groupe d’une centaine de personne est déterminé à bloquer économiquement des symboles de la société capitalistes. A l’instar du Starbucks de la rue Saint-Catherine, ou le groupe est entré pour crier des slogans tel "Starbuck paye tes impôts", ils sont resté 10 minute puis sont partis sans dégradations ou violences. Ils décidèrent alors de remonter la rue Saint Catherine jusqu’à la place du grand théâtre, quand sur le chemin, en passant devant les Galeries Lafayette, le ton monte entre quelque gilets jaunes et les vigiles qui pensaient que les manifestants allés rentrer dans le magasin, faisant quelque blessés légers. Suite à cet évènements les policiers prennent la décision de charger le groupe réduit de gilet jaune, faisant 8 arrestations.

Moins violente que le 5 Février dernier, cette manifestation reste dans la lignée de ce qu’on pu proposer les centrales syndicales depuis le début de la mobilisation des Gilets Jaunes, peu de perspective et une routine fade, sans vigueur, le décalage est saisissant et parfois glaçant avec ce que font, veulent et espère les gilets jaunes.

Crédit photo : astrid.lag photographe




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Intersyndicale   /    Manifestation   /    Grève   /    Bordeaux   /    Politique