^

Monde

Marée noire

Brésil : plus de 2000 km de littoral pollués par des hydrocarbures

Un désastre de grande ampleur qui a atteint plus de 200 plages du littoral du Nord-Est brésilien, quelques mois après les incendies en Amazonie.

lundi 4 novembre

Crédits photo : HO/AFP

Depuis le 30 août, des tonnes d’hydrocarbures ont été déversés dans les côtes du Nord-est brésilien – soit près d’un quart de 7000km du littoral qui a été touché. L’origine de cette catastrophe demeure inconnue, pendant que des travailleurs et volontaires de la région, qui en dépend du tourisme et de la pêche, essayent de nettoyer les résidus de la plage, malgré les risques de contamination qui comptent déjà plusieurs cas d’intoxication, face au silence du gouvernement Bolsonaro.

Les plages sont souillées par les hydrocarbures, les mangroves détruites, plus de quatorze zones de conservations affectées et le riche écosystème de la région mis en danger, ne laissant aucun doute qu’il s’agit de la plus grande catastrophe environnementale du littoral brésilien. Pourtant, le rayon d’action du gouvernent Bolsonaro s’est restreint à nettoyer les plages, sans même installer des barrières de contention pour éviter la contagion vers le Sud, laissant à la population le soin de s’organiser pour contenir les résidus qui ont réapparu dans la région.

L’inertie du gouvernement ne l’a pas empêché d’accuser le Venezuela, évoquant l’idée d’un « cargo pétrolier fantôme » qui transporterait des hydrocarbures clandestinement en raison de l’embargo imposé par les Etats-Unis. Cette catastrophe écologique et les tentatives de déresponsabilisation du gouvernement tombent dans un contexte dans lequel Bolsonaro a pris plus de 40 jours pour prendre des mesures et a abrogé tous les directives des conseils environnementaux, en plus d’avoir supprimé le comité responsable pour actionner le Plan National de Contingence pour les Incidents de Pollution par hydrocarbures, qui a le but de coordonner entités publics et privés pour amplifier la réponse face à un possible incident grave.

Alors que la population tente de nettoyer par ses propres moyens pour protéger la région affectée, la seule question que Bolsonaro s’est posé fut de savoir si le versement des hydrocarbures n’allait pas déranger la vente aux enchères du mega champ pétrolifère Pré-Sal aux multinationales, dont l’entreprise française Total va bénéficier de 40% pour exploiter une des baies de la zone.
Au-delà d’ouvrir voie à l’appropriation de la plupart des réserves brésiliennes par de multinationales, ce fait est évocateurs de multiples catastrophes commises par des capitalistes étrangers qui ne sont jamais punis, comme c’est par exemple le cas de l’entreprise minière Vale.




Mots-clés

Catastrophe écologique    /    Jair Bolsonaro   /    Brésil   /    Monde