^

Notre classe

#PlusJamaisAGenoux

Burn-out, harcèlement, répression... ces cheminotes lèvent le voile sur leur souffrance au travail

Elles s'appellent Sophie, Ingrid, Karine, Mélanie... cheminotes depuis de nombreuses années, toutes subissent aujourd'hui les conséquences du management pathogène et agressif pratiqué par la SNCF : harcèlement, pressions, climat anxiogène, réorganisations, refus de postes ou de congés, non reconnaissance de maladies professionnelles... elles ont sombré tour à tour dans des dépressions qui ont affecté le cours de leurs vies.

mardi 21 mai

Après des années de silence, elles décident aujourd’hui, avec courage, de lever le voile sur les souffrances subies dans le cadre du travail, à l’heure où leur collègue Eric Bezou, qui les a soutenues, jour comme nuit, est menacé de licenciement. Elles appellent d’une même voix à le soutenir et s’opposent à la répression de la SNCF contre ce militant syndical dont certaines d’entre elles n’hésitent pas à revendiquer qu’il leur a sauvé la vie.

Sophie, cheminote commerciale à la gare St Lazare, soutenue par Eric depuis 2017 suite aux pressions subies dans le cadre de son travail : "La plupart des gens sont en mi-temps thérapeutique, il y a un climat anxiogène et je me demande si c’est une stratégie, je ne sais pas ce qu’on attend. Avec le nombre de suicides, je ne comprends pas ! On en est au même point que France Télécom. Je vois des CDD pleurer dans les vestiaires. Moi qui tiens à ma santé, ce climat je ne peux plus, je me sens en danger."

Ingrid, cheminote en gare de Cergy, raconte comment la réorganisation de la région test de Paris-Saint-Lazare en 2016, appelée cyniquement « Petit collectif », lui a fait perdre son poste de travail et tomber en dépression : « Je veux travailler mais on m’en empêche ». Elle revendique le soutien apporté par Eric Bezou, qui dénonce cette réorganisation pathogène comme toutes les organisations syndicales, et que la SNCF cherche aujourd’hui à licencier.

Karine, ancienne agent commercial SNCF à Mantes-la-Jolie, a subi de plein fouet les réorganisations successives sur le secteur de Paris Saint-Lazare : après avoir perdu 1/3 de son salaire, et que son mari également cheminot et mandaté au CHSCT ait été visé par une mesure conservatoire, tous deux ont sombré dans de graves dépressions : « je suis sous traitement depuis 2 ans, suivie par un psychiatre et une psychologue toutes les semaines, c’est très dur. Ils ont fait des écrits signalant que mon état de santé m’interdisait une reprise du travail, et malgré cela on ne m’a pas accordé la longue maladie ». Même scénario pour son mari, de sorte que tous deux ont perdu leurs salaires et se sont retrouvés au RSA. Ils revendiquent le soutien que leur a apporté Eric Bezou : « A chaque instant, du jour comme de la nuit, il nous a toujours soutenu, il a toujours trouvé les mots ».

Mélanie, cheminote et mère isolée, se livre sur son calvaire et son extrême précarité après avoir été harcelée par un chef, qui l’a fait sombrer dans une grave dépression lui ayant fait enchaîner les arrêts maladies. Cela n’a pas empêché la SNCF de s’acharner sur elle : non reconnaissance de la longue maladie, sanction, et non versement de rémunération. « Ça fait 2 ans que je vis avec une simple pension alimentaire de 108€, que les dettes s’accumulent (…). Ils m’ont fait perdre ma dignité, ma confiance en moi, j’ai tout donné à cette boîte pendant 18 ans et ils m’ont anéantie. Je survis actuellement (…). Je tiens uniquement pour mon fils et grâce à l’aide d’Eric Bezou. Sans lui, je ne serai sûrement plus là aujourd’hui ».

Betty, recrutée à la SNCF en 2013 comme travailleuse handicapée : "J’ai vécu l’enfer. (...) J’ai intenté à ma vie... (...) c’est une grande hypocrisie de dire qu’on recrute des personnes handicapées quand on les traite très mal comme ça a été mon cas". Elle a été soutenue par Eric et appelle à le soutenir en retour.

Andreia, cheminote agressée en gare à 2 reprises par la même personne (exhibitionnisme et menaces de mort) a sombré dans la dépression après avoir été délaissée par sa direction qui a été jusqu’à lui reprocher l’intervention des représentants du personnel. Elle a été hospitalisée en urgence après avoir réalisé cette vidéo de soutien à Eric, qui la soutient face à la direction de la SNCF :

Signer la pétition "SNCF ne doit pas devenir France Télécom"

S’abonner à la chaîne YouTube "Cheminots contre la répression #PlusJamaisAGenoux"

Page de soutien à Eric Bezou, cheminot menacé de licenciement

Soyons nombreux pour le soutenir jeudi 23 mai à 14h à la gare de Paris Saint Lazare




Mots-clés

#PlusJamaisAGenoux    /    Histoires de femmes   /    souffrance au travail   /    Cheminot-e-s   /    burn out   /    Vidéo   /    SNCF   /    #AssezDeViesBroyées   /    Notre classe