^

Notre classe

Chalençon Gate

"C’est 3 fois rien" : Zemmour soutient les soirées clandestines de luxe

Choqué de la "violence des réactions" des internautes quant aux soirées clandestines de luxe qu'il qualifie de "trois fois rien", le réactionnaire Eric Zemmour se positionne en soutien de la haute bourgeoisie et revendique un confinement à deux vitesses qui ne vaut que pour les classes populaires.

jeudi 8 avril

"Je suis sidéré par l’importance accordé à cette histoire et la violence des réactions" a expliqué Eric Zemmour sur le plateau de CNews ce jeudi matin à propos des repas clandestins de luxe organisés par Jean-Pierre Chalençon et Christophe Leroy.

Se référant aux réactions indignées relatives à ce qui symbolise un deux-poids-deux-mesures face à la gestion répressive de la pandémie par le gouvernement, Eric Zemmour s’est montré fidèles à la bourgeoisie et fustige des propos pleins de "méchanceté" et de "fureur".

Habitué des discours réactionnaires en tout genre et dernièrement sanctionné par le CSA pour son intervention relative aux migrants mineurs qui seraient tous des "assassins", cette sidération d’Eric Zemmour face à la dénonciation d’un confinement à deux vitesses décrit bien le personnage : un soutien sans faille de la haute bourgeoisie et une haine des classes populaires, en particulier des populations racisées.

Ce réactionnaire habitué des plateaux télé a poursuivi son discours nauséabond par une touche xénophobe pour invoquer davantage de légèreté de la part d’une population qui serait trop à cheval sur l’égalité face à la crise sanitaire : "Le Français avait la réputation d’être léger, je lui trouve une rigueur toute germanique". En effet, si selon lui cette polémique "c’est rien du tout, c’est trois fois rien", force est de constater que c’est une démonstration étincelante d’un deux-poids-deux-mesures entre la bourgeoisie qui fait des repas à plusieurs centaines d’euros pendant que les classes populaires sont confinées sauf lorsqu’elles sont contraintes d’aller travailler pour survivre. Une gestion de classe de la crise sanitaire qui ne semble donc pas choquer Eric Zemmour, qui derrière des discours populistes, montre à travers ce passage sur CNews qu’il est un fervent défenseur de la bourgeoisie.




Mots-clés

Eric Zemmour   /    confinement   /    Notre classe