^

Politique

Ouvrez les frontières !

Calais. Décathlon retire hypocritement les kayaks de la vente pour « sauver » les migrants

Dans un contexte d’augmentation des disparitions de migrants à Calais, Décathlon a retiré les kayaks et autres embarcations de fortunes de la vente. Une mesure marketing censée limiter les noyades mais qui ne permet en rien d’en finir avec ce drame humain.

jeudi 18 novembre

Crédit photo : Archives - AFP / Trois migrants tentent de traverser la Manche à bord d’un canoë-kayak, en 2018.

La Voix du Nord rapporte plusieurs témoignages, qui affirment avoir vu des personnes exilées à Calais acheter des embarcations légères, des rames et des gilets de sauvetage à l’enseigne de vente d’équipements sportifs Décathlon. Dans le même temps, sept disparitions inquiétantes de migrants ayant tenté la traversée à la rame sur ces mêmes embarcations sans moteur ont été reportées dans la région ces dernières semaines.

En août 2020, le corps d’un migrant soudanais de 28 ans avait déjà été retrouvé après une telle tentative. Pour l’année 2020, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord a décompté 6 décès et 3 disparitions dans des circonstances similaires. La SNSM (Société Nationale des Sauveteurs en Mer) indique avoir fréquemment secouru des migrants en difficulté tentant une telle traversée au cours de l’été dernier.

C’est face à cette situation, que le magasin Décathlon de Calais a pris la décision de retirer de la vente les kayak, les embarcations pneumatiques et les paddles qui pourraient servir à tenter une traversée du détroit vers le Royaume Uni. Une décision saluée par certaines associations qui redoutent une hausse de ces tentatives dangereuses en suivant la tendance actuelle. La réaction de l’enseigne est une expression terrible de la situation, celle-ci souhaitant sans doute seulement se couvrir de toute incrimination.

La sous-préfète de Calais, pointe les limites de la démarche de l’enseigne, et refuse pour sa part d’interdire la vente d’embarcations sur Calais et ses alentours. Cette dernière expliquait que les mêmes embarcations sont également vendues « en grande surface » et « sur les plateformes de vente en ligne ». Une position hypocrite pour une préfecture dont la criminalité n’est plus à démontré dans sa gestion de la situation à Calais et de sa « jungle »

La décision de retrait de vente par l’enseigne Décathlon n’est qu’une « mesure » très limitée, ne concernant qu’un acteur privé, qui ne palliera pas à la situation dramatique des migrants à Calais qui les pousse à mettre leur vie en jeu de cette façon pour changer de pays. Les migrants à Calais sont en effet la cible d’un véritable harcèlement de la police qui selon un rapport de Human Rights Watch n’hésite pas à lacérer leurs tentes, à confisquer leurs effets personnels voire comme nous l’écrivions en septembre dernier à saboter les installations d’eau des réfugiés laissant les réfugiés vivre dans la précarité et la peur d’une expulsion ou de violences policières extrêmement cruelles.

Pour mettre fin aux situations inhumaines auxquelles sont confrontés les migrants à Calais et ailleurs, il est urgent de garantir la liberté de circulation et d’installation pour tous, et le partage du temps de travail entre tous afin de garantir une vie digne en France aux personnes qui fuient la guerre, la répression ou la misère causées par le capitalisme et l’impérialisme.




Mots-clés

Migrants   /    Loi asile et immigration    /    Calais   /    Immigration   /    Répression   /    Politique