^

Politique

La liberté a un prix

Carlos Ghosn libre après avoir payé une caution de 7,9 millions d’euros

Après un peu plus de 100 jours d’emprisonnement, l’ancien patron de Renault vient de sortir des prisons japonaises. Le tribunal de Tokyo a décidé de fixer une caution de « seulement » 7,9 millions d’euros pour l’ancien président de Renault-Nissan.

mercredi 6 mars

Crédit photo : Toshifumi KITAMURA / AFP

Carlos Ghosn a été mis en détention préventive le 19 Novembre à la suite de soupçons du fisc japonais. Il semblerait que l’ancien patron de Renault ait triché dans ses déclarations de revenu en les minorant. Il aurait ainsi détourné près de 74 millions d’euros entre 2010 et 2018. A l’origine de l’affaire se trouve une enquête interne de Nissan qui aurait révélé ses agissements.

L’ancien patron avait été emprisonné de façon préventive afin de l’empêcher d’une part de quitter le Japon et d’autre part de communiquer avec l’extérieur. Il s’agit là des motifs habituels pour la détention préventive. En France, près de 20 000 détenus le sont sous ce motif, bien que pour la plupart d’entre eux, à l’image de Christophe Dettinger et des autres Gilets Jaunes victimes de la répression, prendre la fuite soit loin d’être aussi simple que pour le multi-millionnaire Carlos Ghosn.

Les avocats de Carlos Ghosn demandaient depuis le mois de Janvier la libération de leur client contre le paiement d’une caution. Cette demande fut rejetée à plusieurs reprise par le tribunal de Tokyo qui finit par céder aujourd’hui après que la famille du détenu ait menacé de recourir aux Nations Unies. Carlos Ghosn, s’est d’ailleurs fendu d’un remerciement « aux militants des droits de l’homme » qui se battent pour la présomption d’innocence. Espérons qu’une fois libéré, il continuera à dénoncer la répression et le déni de la présomption d’innocence qui touchent nombre de militants lors des mouvements sociaux, bien d’avantage que pour les patrons du Cac 40 pris la main dans le sac.

Le montant de la caution est cependant ridicule quand on considère les revenus mirobolants de Carlos Ghosn. En effet, le « cost killer », connu pour avoir réduit les coûts chez Renault et Nissan grâce à des plans sociaux et à l’intensification des cadences au détriment des travailleurs était payé 15 millions d’euros par an. Inutile de dire que la caution de 7,9 Millions d’euros ne représente pas grand-chose pour lui. Ironie du sort, sa libération est repoussée du fait des horaires d’ouverture des banques qui n’ont pas permis à ses avocats de rassembler la somme avant la fin de la journée.




Mots-clés

Japon   /    Carlos Ghosn   /    #JusticeDeClasse   /    Politique