^

Monde

Hong Kong

Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif hongkongais, voudrait-elle démissionner ? 

Dans un contexte d’accélération de la crise politique, des enregistrements audio où Carrie Lam exprimait son intention de vouloir démissionner ont été diffusés. Malgré les démonstrations de force de Pékin, le gouvernement s’approche-t-il de l’impasse ?

mercredi 4 septembre

Après plus de trois mois de crise politique et de mobilisation intense – où la répression policière croissante s’est inscrite dans le cadre de la menace d’intervention permanente des forces armées chinoises sur l’archipel – l’agence Reuters vient de diffuser un enregistrement audio dans lequel la cheffe de l’exécutif hongkongais, Carrie Lam, exprimant son intention de vouloir démissionner de son poste. 

«  Si j’ai le choix, la première chose est de démissionner en ayant présenté de profondes excuses  » affirmait-elle lors d’une rencontre privée avec des dirigeants d’entreprises, en ajoutant « en tant que cheffe de l’exécutif avoir créé un tel chaos est impardonnable ». Cependant Carrie Lam avouait aussi dans le même enregistrement la marge de manœuvre «  très limitée » de l’exécutif hongkongais  pour résoudre la crise, qui est devenue un affaire politique à part entière du gouvernement central de Pékin. 

Face à cette fuite, la cheffe de l’exécutif hongkongais affirmait ce mardi sa volonté de continuer à la tête du gouvernement et niait toute intention de démissionner : «  Le conflit selon lequel je voudrais démissionner mais ne le pourrais pas, n’existe pas  ». A son tour le gouvernement de Pékin, a ce même mardi resserré les rangs en réassurant son soutien ferme à Carrie Lam : «  Nous soutenons fermement la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, à la tête du gouvernement de la région administrative spéciale  ».

Dans ce contexte de crise politique ; la plus aiguë qui traverse l’archipel depuis sa rétrocession à la Chine en 1997 et où Pékin s’efforce de faire preuve de force et de fermeté devant la contestation, la diffusion de l’enregistrement où Carrie Lam ferait preuve de faiblesse devant les pressions de la rue n’est pas anodin mais pourrait être le symptôme des impasses du gouvernement central.

De plus Pékin est empêtré, d’un côté par la guerre commerciale qui s’approfondit avec les États-Unis et de l’autre côté par la nécessité de développer son marché intérieur et les projets de commerce régional afin de relancer une économie en franche ralentissement. La situation à Hong-Kong est une épine dans le pied, les marges de manœuvre sont très étroites, alors que les démonstrations de force et le jeu au pourrissement ne suffisent plus. 

Car si d’un côté une intervention ouverte sur Hong Kong pourrait accélérer la crise politique de l’archipel et mettre en difficulté la situation économique de la Chine pour faire face à la guerre commerciale avec les États-Unis ; de l’autre côté, un recul du gouvernement face à la contestation pourrait le mener vers une situation d’instabilité politique généralisée en poussant la lutte des hongkongais plus loin notamment en réveillant la contestation de la jeunesse et de la classe ouvrière chinoise dans son ensemble.

Crédits photo : EYEPRESS NEWS / AFP




Mots-clés

Hong Kong   /    Manifestation   /    Violences policières   /    Chine   /    Répression   /    Monde