^

Politique

Casse du système de santé : 260 personnes vaccinées avec des doses périmées

Selon l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes, 260 personnes ont été vaccinées avec des doses périmées dans la Loire. Une erreur humaine qui serait due à un manquement dans le marquage des dates de décongélation des doses, dans un contexte de casse de l'hôpital public, où le personnel soignant est soumis à toujours plus de pression.

jeudi 30 septembre

Crédit photo : afp.com/Pascal POCHARD-CASABIANCA

L’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes a déclaré que 260 personnes, dont une centaine de collégiens, ont été vaccinées contre le Covid-19 avec des doses périmées durant le mois de septembre. Les vaccins décongelés le 6 août auraient dû être administrés dans les 31 jours suivant leur décongélation, mais ont été administrés entre le 7 et le 21 septembre.
L’erreur serait dû à un défaut de marquage de la date de décongélation sur le lot. Une erreur humaine qui illustre la pression à laquelle sont soumis les professionnel.le.s de la santé dans un contexte de casse de l’hopital public.

Si cette erreur ne présente pas de risque pour la santé, selon l’Agence nationale de sécurité du médicament, elle illustre les dysfonctionnements de l’hôpital public et plus généralement du système de santé, liés à un manque de moyens, et à des professionnels de santé en sous-effectifs. Même si le gouvernement a sorti les grands moyens pour vacciner la population, le sous-effectif chronique reste une réalité dans le secteur de la santé, avec des conséquences dramatiques. Cet événement pose plus largement la question de la gestion de la vaccination dans un contexte où des millions de doses sont gaspillées, notamment par les pays riches.

Quand certains pays sont vaccinés à moins de 1%, des millions de doses sont gâchées

L’accès à la vaccination n’échappe pas aux règles de la compétition capitaliste profondément inégalitaire. Alors que certaines régions ont un taux de vaccination extrêmement faible comme en Afrique, où moins de 5% de la population a un cycle vaccinal complet, des millions de doses de vaccins sont jetées dans d’autres pays. C’est le cas notamment des USA qui selon le site de la NBC auraient jeté près de 15 millions de doses depuis mars, sur 444 millions de doses distribuées. Si les causes de ces pertes sont multiples, elles sont surtout dues au fait que les puissances impérialistes ont pu se permettre d’acheter des doses en surplus, au détriment des autres pays. Au Royaume-Unis par exemple, près de sept doses par habitant ont ainsi été prévues. Si ces pays riches prévoient hypocritement en théorie de redistribuer ces doses à d’autres pays, la mise en pratique est souvent lacunaire, voire impossible ; et cette situation illustre de manière criante des moyens profondément inégaux entre les pays dans l’accès aux vaccins et l’impérialisme vaccinal.

Cette répartition profondément inégalitaire de doses de vaccin, et ce gâchis énorme de doses, illustre le mépris des gouvernements des pays impérialistes pour la vie de millions de personnes. Alors que la pandémie n’est pas finie, il est nécessaire de garantir un accès à tous à la vaccination, en exigeant la levée des brevets sur les vaccins et leur production massive. Alors que le personnel de santé, en première ligne durant la pandémie, a souffert des casses criminelles de l’hôpital public, il est également nécessaire d’exiger les moyens lui permettant de réaliser son travail dans les meilleures conditions.




Mots-clés

Vaccin   /    Covid-19   /    Santé   /    secteur santé   /    Politique