^

Politique

Après la blessure de Jérôme Rodriguez

Castaner veut poursuivre Drouet en justice pour un “appel à soulèvement” que Drouet dément

Au cours de l’acte XI, Jérôme Rodriguez, proche de Drouet, a été grièvement blessé à l’œil par les forces de répression. Un communiqué appelant à un « soulèvement sans précédent » avait alors circulé, que Drouet dément avoir rédigé, et que Castaner utilise comme prétexte pour le poursuivre en justice.

mardi 29 janvier

Crédit photo : Reuters / Benoit Tessier et Karine Pierre / Hans Lucas

Jérôme Rodriguez va sans doute perdre son œil après avoir été ciblé par les CRS lors de l’acte XI des Gilets Jaunes. Dans un communiqué du groupe Facebook créé par Eric Drouet, « La France colère !!! », on peut lire un appel à « un soulèvement sans précédent par tous les moyens utiles et nécessaires pour que plus personne ne soit victime de ces blessures de guerre ».
L’occasion était trop belle pour Castaner qui n’a qu’une envie : couper les têtes connues des Gilets Jaunes afin de décapiter le mouvement. Sur BFMTV, le ministre de l’Intérieur a expliqué que c’était « un appel à l’insurrection ».

« C’est quoi “tous les moyens utiles et nécessaires” ?, s’interroge le ministre de l’intérieur. Les boules de pétanque jetées sur les policiers, c’est déjà fait. Les pavés, c’est déjà fait. Les cocktails Molotov, c’est déjà fait […] Cette dernière déclaration relève à mon sens de l’infraction pénale. Nous ferons ce qu’on appelle un article 40 pour que le procureur décide s’il veut poursuivre ou pas. Vous vous rendez compte qu’il appelle à utiliser de nouvelles armes alors qu’aujourd’hui il y a des cocktails Molotov ? »

Drouet s’est rapidement désolidarisé du communiqué expliquant qu’il n’était pas présent lors de son écriture et qu’il ne l’avait pas lu avant publication. Il a notamment tenu à dire que « le mot soulèvement était de trop » mais pas le reste. Pourtant le ministre ne s’est pas exprimé pour rectifier ses déclarations.

Après avoir attaqué Jérôme Rodriguez à coup de grenade et de flash ball, ils veulent une fois encore s’attaquer à Eric Drouet qui est déjà passé par la garde à vue. Si il est poursuivit pour appel à l’insurrection il risque d’après l’article 412-4 du Code pénal « quinze ans de détention criminelle et de 225.000 euros d’amende le fait de participer à un mouvement insurrectionnel ». L’article 412-6 dit quant à lui que « le fait de diriger ou d’organiser un mouvement insurrectionnel est puni de la détention criminelle à perpétuité et de 750.000 euros d’amende ».

Des velléités de répression toujours plus violentes de la part du gouvernement, donc, qui donne l’ordre depuis de nombreuses semaines de réprimer et d’incarcérer toujours plus de Gilets Jaunes. Car si les propos de Castaner laissent à entendre que les policiers sont les principales victimes des mobilisations, il fait évidemment l’impasse sur les nombreux mutilés, liste à laquelle Jérôme Rodriguez vient d’ajouter son nom. Et il oublie de dire que face aux soi-disant projectiles tels que des boules de pétanques, pavés et cocktails molotovs, les forces de répressions disposent quant à elles de véritables armes de guerre pour réprimer les Gilets Jaunes, allant des grenades de tous types aux blindés, en passant par les flashballs.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Christophe Castaner   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique