^

Jeunesse

Jeunesse

Castex : un nouveau streamer sur Twitch mais toujours pas de solution pour la jeunesse

Après Gabriel Attal et EnjoyPhoenix et le défi lancé par Macron à Mcfly et Carlito, dimanche prochain c’est le premier ministre Jean Castex qui sera en live à 19 heures sur la plateforme Twitch avec Samuel Étienne.

mercredi 10 mars

Crédits photo : Martin Bureau / AFP

Les politiques en opérations comm’ sur Twitch

Depuis quelques mois déjà, le présentateur de Questions pour un champion et de la matinale de France Info Samuel Etienne a investi la plate-forme de diffusion de contenus vidéo en direct (stream) d’Amazon. Il y présente chaque matin pendant plusieurs heures une revue de presse qui rencontre un énorme succès avec une moyenne de près de 20.000 spectateurs simultanés pour une chaîne ayant atteint en peu de temps les 200.000 abonnés, faisant du journaliste l’un des nouveaux mastodontes de la plate-forme.

Surtout, le présentateur télé a ouvert une brèche dans cet écosystème jusqu’alors plutôt fermé à la politique et à l’actualité. Si une partie de son public historique de la télévision l’a suivi dans son aventure, la majorité de ses viewers sont aujourd’hui des jeunes issus de la plate-forme, peu politisés, qui dans les commentaires de ses live le remercient de leur avoir donné goût à l’information et à la politique. Cette réussite n’est évidemment pas passée inaperçue. Le 22 janvier dernier, France Télévisions organisait son premier live sur la plateforme avec Samuel Étienne et le médecin Damien Mascret, qui a répondu aux questions des auditeurs sur le vaccin contre la Covid-19. BFM TV a aussi tenté l’expérience mercredi dernier, avec cependant peu de réussite.

Le monde politique a lui aussi observé avec grand intérêt les péripéties du journaliste, et c’est l’ancien présidents PS François Hollande qui a ouvert le bal lundi soir en participant à une nouvelle émission de Samuel Étienne sur Twitch. Celle-ci a rencontré un succès énorme avec plus de 100 000 viewers connectés au même moment, devenant ainsi le live le plus regardé au monde lors de ce pic.Trois heures durant, Hollande a répondu à des questions posées dans le chat, sans aucun contradicteur et en gardant la mainmise sur le choix desdites questions. Celui-ci a ainsi pu répondre à une question sur La loi El Khomri entre deux interrogations sur sa série préférée ou sur son temps de sommeil hebdomadaire. Un coup de comm’ rêvé pour l’ancien Président, connu pour avoir durement mis en place l’état d’urgence, promu la « déchéance de nationalité », expulsé la ZAD de Sivens, occasionant la mort de Rémi Fraisse, mis en place des milliards de cadeaux au patronat au travers du CICE ou réprimé les mobilisations contre la Loi Travail…

Le succès de cette opération de communication n’a pas échappé au gouvernement, qui depuis déjà quelques mois a entrepris une campagne de communication sur la plate-forme par l’intermédiaire de Gabriel Attal, symbole de cette nouvelle stratégie, et son émission « Sans filtres ». C’est donc sans grand étonnement que nous avons appris que le prochain invité de Samuel Étienne serait le premier ministre Jean Castex. Il se prêtera en effet dimanche prochain au même exercice que François Hollande.

La continuité de la stratégie de comm’ du gouvernement en direction de la jeunesse

L’exécutif essaie depuis un moment déjà de s’adresser à une jeunesse qui lui est pourtant plutôt opposée depuis le début de son quinquennat, essayant de remettre au goût du jour l’image qui avait fait son succès en 2017, celle d’un candidat jeune, accessible et dynamique. En multipliant les partenariats et les opérations de com avec des YouTubers (EnjoyPhenix, TiboInshape, McFly et Carlito ect…), en s’adressant directement à la jeunesse via l’interview que le président a accordée à Brut en décembre dernier, beaucoup d’efforts ont été mis pour essayer de renouer le dialogue avec une jeunesse qui a pris la rue ces quatre dernières années pour l’écologie, contre Parcoursup ou contre les violences policières.

Une stratégie osée pour le gouvernement qui ne cesse de précariser la jeunesse et réalise depuis un an un virage sécuritaire, renforçant les éléments les plus réactionnaires de sa politique : mesures répressives, loi islamophobe, projet de loi liberticide visant à protéger l’impunité policière. Heureusement, pour s’adresser à l’électorat jeune de Twitch, YouTube et des réseaux sociaux le gouvernement peut compter sur des influenceurs enclins à le recevoir. Revendiquant un « apolitisme » plus ou moins sincère, ces derniers n’en finissent pas moins par jouer un rôle d’allié de Macron, en aidant le gouvernement à se repeindre aux couleurs du progressisme en échange de millions de vues.

Cette politique n’est cependant pas sans contradiction. Le 26 février dernier, la déconnexion apparente de EnjoyPhoenix, youtubeuse star, avec la situation des étudiants précaires a choqué largement, et le #étudiantspasinfluenceurs a explosé. De même, l’arrivée de Jean Castex sur Twitch a suscité de nombreuses critiques à l’encontre de Samuel Etienne et de la stratégie du gouvernement.

Malgré tout, la stratégie n’est pas sans toucher une partie la jeunesse. Dans ce cadre il est impératif de dénoncer la réalité derrière la communication. Celle d’un gouvernement qui n’offre rien à la jeunesse, multiplie les offensives racistes à l’université, s’en prend aux syndicats étudiants et répriment nos luttes. Un gouvernement dont aucun coup de comm’ n’effacera le bilan réactionnaire et qu’il faut plus que jamais combattre.




Mots-clés

Twitter   /    Réseaux sociaux   /    Macronisme   /    Jeunesse   /    Facebook   /    Emmanuel Macron   /    Jeunesse