^

Notre classe

Réforme des retraites

Ce 9 janvier, les pêcheurs ont bloqué le port de Sète : Une première !

Jusqu'à présent, les marins-pêcheurs se tenaient à l'écart du mouvement de contestation contre la réforme des retraites. Ce 9 janvier, ils ont bloqué le port de Sète, dans l'Hérault.

jeudi 9 janvier

Crédits photo : J. Mériot/FTV

Jusqu’à présent, les marins-pêcheurs se tenaient l’écart du mouvement général contre la réforme des retraites. La donne a changé ce 9 janvier, impulsant un mouvement large, tant la réforme va impacter l’ensemble des travailleurs de ce secteur, dont les conditions de travail sont extrêmement difficiles.

Actuellement, les marins-pêcheurs peuvent partir à la retraite à 50 ans après 25 ans de cotisations, pour une retraite comprise entre 900 et 1000€, ou à 52 ans et demi avec 37 ans et demi de cotisations pour une pension variant de 1300 à 1500€. Avec la réforme des retraites, les marins-pêcheurs ne pourront accéder à la retraite qu’à partir de 55 ou 57 ans, avec une baisse significative de leur pension.

Ainsi, selon Manu Liberti, représentant CGT au sein de l’intersyndicale des marins pêcheurs de la région Occitanie, dans des propos recueillis par France 3 Occitanie, « avec la réforme, les jeunes qui démarreront demain toucheront à leur retraite, 25% de moins ! ». En d’autres terme, tout ce que promet la réforme aux marins-pêcheurs, c’est une retraite placée sous le signe d’une extrême précarité.

Action réussie au port de Sète

C’est pourquoi les marins-pêcheurs se sont joint au mouvement général contre la réforme des retraites, ce 9 janvier. Ainsi, des quatre coins de l’Occitanie, ces derniers se sont rassemblés à Sète pour bloquer l’un des principaux ports de pêche de méditerranée.

Partis du quartier de la Pointe Courte, les travailleurs de la mer ont remonté le Canal Royal avant de se rendre au port, pour un blocage qui a été levé aux alentours de 18h selon France 3 Occitanie. Dans le même temps, une manifestation rassemblant 2 000 personnes s’est déroulée à Sète. Un chiffre important pour la ville, alors que des manifestations importantes se déroulés également à Béziers (10 000 manifestants) et à Montpellier (15 000 manifestants).

Une première qui doit en appeler d’autres ! L’entrée en scène de travailleurs du secteur privé, en particulier de secteurs aussi précaires et difficiles, permettrait de sensiblement modifier le rapport de force contre Macron. Et d’ouvrir les voies de la victoire pour toutes et tous.