^

Monde

Spéciale dédicace

« Ce coup franc était pour toi » Riyad Mahrez répond de la plus belle des manières à un élu du RN

L’Algérie s’est qualifiée pour la finale de la CAN 2019 grâce à un coup franc de Riyad Mahrez dans les dernières minutes. Il a dédié son but à un élu du RN qui avait annoncé supporter le Nigeria « pour empêcher la poursuite des violences et des pillages, pour éviter la marée de drapeaux algériens ».

lundi 15 juillet

Crédit photo : EPA / Gavin Barker

29 ans après, l’Algérie rejoint la finale de la Coupe d’Afrique des Nations. Il a fallu attendre un superbe coup franc de Riyad Mahrez à la 95ème minute pour délivrer le peuple algérien. Avec son magnifique enroulé pied gauche, le milieu offensif de Manchester City permet à l’Algérie d’espérer un deuxième titre face au Sénégal, vainqueur plus tôt contre la Tunisie.

Ce sera la deuxième finale de l’histoire du Sénégal après leur défaite de 2002 contre le Cameroun. Les Lions de la Teranga se sont imposés 1 à 0 après prolongation lors d’un match spectaculaire. Les deux équipes ayant eu l’occasion de marquer à de nombreuses reprises, elles ont toutes les deux raté un penalty avant que le malheureux Dylan Bronn marque contre son camp à la 100ème minute.

Au delà des émotions procurées par ces demi-finales fortes en rebondissement, le but de Mahrez fait beaucoup parler de lui puisqu’il l’a dédié à un élu RN qui avait soutenu le Nigeria « pour empêcher la poursuite des violences et des pillages, pour éviter la marée de drapeaux algériens ».

« Ce coup franc était pour toi »

Un tweet raciste qui porte en son sein les germes du colonialisme français et de l’Algérie française. Voilà comment on pourrait caractériser le tweet de Julien Odoul, Président du groupe RN de Bourgogne-Franche-Comté et membre du Bureau National du RN.

Riyad Mahrez a répondu de la plus belle manière. D’abord sur le terrain avec ce coup franc puis sur Twitter dédiant son but à Julien Odoul.

Il a par la suite publié un deuxième message « Le foot > la haine. Bonne soirée. » Une réponse à la hauteur du déferlement de haine des politiques et des journalistes qui criminalisent les Algériens qui laissent exploser leur joie. Entre la fake news du soi-disant supporter algérien qui a tué dans un accident une mère de famille et blessé son bébé et l’exagération des médias sur les débordements, les supporters algériens sont criminalisés. La répression policière qui s’abat sur les supporters montre les relents colonialistes de l’État français, des politiques, des journalistes et des forces de répression.

L’élu d’extrême droite s’est même permis de répondre à Mahrez « C’est trop d’honneur. Votre coup franc décisif était aussi remarquable que les dévastations récurrentes de vos "supporters" en France sont insupportables. Soyez aussi performant pour les dénoncer avec force et lancer un appel au calme. »

Mais les violences sont en premier lieu celles des CRS déployés en masse, comme à Marseille où à Belsunce les gendarmes ont d’abord réprimé la foule à coup de gaz lacrymogènes avant que les supporters algériens ripostent. De plus, la fake news du soi-disant supporter algérien qui a tué une mère de famille a permis de réprimer encore plus avec 202 vidéoverbalisations pour conduites dangereuses de véhicules. Lorsque la France a été championne du monde, il y a eu des incidents et des conduites dangereuses avec des personnes brandissant par les vitres des drapeaux bleu blanc rouge mais là aucune verbalisation. Un traitement différent qui s’explique par l’esprit colonisateur de la France vis à vis de l’Algérie. Pour le 14 juillet, il y a eu 282 interpellations.

Une criminalisation qui accentue les déferlements racistes à l’image de Julien Odoul qui répondant au journaliste de RMC Mohamed Bouhafsi va toujours plus loin. « Monsieur Bouhafsi, recevez en retour les remerciements de nos forces de l’ordre qui vont devoir contenir toute la nuit la « liesse » communautariste et violente de vos pseudo-supporters algériens. Vos victoires sont des cauchemars pour le « vivre en France » ».

Cette répression se fait alors que le peuple algérien est mobilisé contre le régime des généraux, contestation scrutée de près par l’ancien colonisateur qui surveille le mouvement algérien en France. Derrière les déclarations de l’élu du RN, il y a les relents des positions de l’Algérie française portée par Jean-Marie Le Pen pendant des années. Toujours aussi raciste, le RN continue à attiser la haine de l’étranger, même si la plupart des personnes d’origine algérienne qui ont fêté la victoire ce 14 juillet sont françaises, pour le RN ils restent des Algériens, des citoyens de seconde zone, des barbares qui ne peuvent s’intégrer à « notre société civilisée ».

Il y a le bon algérien et le mauvais. Le bon est celui qui ne fait pas de vague qui doit se taire face au racisme, à la ségrégation et à l’exploitation. C’est celui qui choisit de représenter l’équipe de France et qui marque deux buts en finale 98 contre le Brésil. Le mauvais c’est celui qui laisse éclater sa joie de voir son pays de cœur arriver en finale, celui qui face à la répression ne courbe pas l’échine, celui qui brandit le drapeau Algérien ou Kabyle et pas le drapeau coloniale français.

Alors espérons que l’Algérie remporte cette CAN pour que la fête soit encore plus belle et fasse un pied de nez à ces racistes du genre de Julien Odoul et aux gouvernements. Que le chant de lutte anti coloniale « Want to be free, Viva l’Algérie » (devenu « One two three Viva Algérie ») résonne dans toutes les villes France.




Mots-clés

Coupe d’Afrique des Nations   /    Algérie   /    football   /    FN   /    Monde