^

Du Pain et des Roses

Communiqué

Ce lundi, tou.te.s aux côtés d’Ahmed, lanceur d’alerte sur les violences sexuelles à la RATP !

Notre collectif féministe et lutte de classes Du Pain & des Roses s'indigne une fois de plus de l'acharnement de la RATP à l'encontre d'Ahmed Berrahal, syndicaliste et référent harcèlement dans l'entreprise. Ce lundi, tou.te.s aux côtés d'Ahmed, lanceur d'alerte sur les violences sexuelles à la RATP !

samedi 8 mai

Notre collectif féministe et lutte de classes Du Pain & des Roses s’indigne une fois de plus de l’acharnement de la RATP à l’encontre d’Ahmed Berrahal, syndicaliste et référent harcèlement dans l’entreprise. Convoqué en conseil de discipline ce lundi 10 mai, notre camarade risque le licenciement, cette fois dans une tentative sans scrupule de sa direction d’étouffer des cas de violences sexistes et sexuelles à la RATP. Celle-ci n’a donc honte de rien, pour accuser Ahmed de harcèlement moral d’un chef, sur le motif d’avoir alerté sa hiérarchie à propos de la main courante d’une salariée portant de graves accusations d’agression sexuelle à l’encontre de ce chef ? Ainsi la RATP, qui prétend faire preuve d’une « Tolérance zéro » face aux agissements sexistes, ne trouve rien de mieux que de bâillonner un lanceur d’alerte sur les violences sexuelles dans l’entreprise !

Cette attaque aura au moins permis de lever le voile sur ce que subissent réellement les salariées de la RATP. Scandalisées qu’on s’en prenne à leur référent harcèlement, qui se bat depuis tant d’années pour les défendre, des dizaines d’entre elles ont décidé de prendre leur courage à deux mains pour raconter, à travers des vidéos poignantes, les violences vécues au travail. Agressions sexuelles étouffées par la hiérarchie, harcèlement des femmes enceintes, refus d’arrêts de travail suite à des agressions sur ligne, refus d’aménagements du temps de travail pour pouvoir allaiter, chantages et pressions managériales pour bénéficier d’aménagements d’horaires pour les mères isolées, refus de chômage partiel pour garde d’enfants... Ces dénonciations de conductrices de bus sont accablantes pour la RATP, d’autant qu’elles s’ajoutent à la pénibilité du métier, notamment lorsqu’il s’agit de concilier vie de famille et travail en horaires décalés, week-ends et jours fériés. Elles mettent le doigt sur la façon dont les violences patronales frappent plus encore les femmes, et l’hypocrisie des grands groupes comme la RATP face aux problématiques qui touchent les travailleuses. Elles montrent aussi à quel point les intérêts des travailleuses s’opposent à ceux des femmes qui sont aux manettes de cette oppression patronale, à l’instar de la PDG de la RATP Catherine Guillouard, de la présidente d’Ile-de-France Mobilités Valérie Pécresse, ou encore des directrices de dépôt de bus qui appliquent cette politique. Elles mettent en lumière la nécessité pour les femmes travailleuses de s’organiser par en bas, et sans rien attendre du patronat, pour faire valoir leurs droits et revendiquer le respect et la dignité. C’est ce qu’ont commencé à faire les salariées de la RATP, comme le font les salariées de Mc Donald’s, de l’hôtel Ibis Batignolles, ou encore de Chronodrive, dénonçant les violences sexuelles au travail et la répression de ceux qui les combattent, comme Ahmed ou notre camarade Rozenn.

Notre collectif Du Pain & des Roses se félicite de cette levée d’omerta et ne peut qu’encourager ces femmes et leurs collègues hommes à poursuivre le combat contre les violences faites aux femmes au travail, en s’unissant d’une même voix face au patronat. De la même manière que nous nous sommes mobilisé.e.s aux côtés des grévistes de la RATP pour une retraite digne à l’hiver 2019, nous nous battrons jusqu’au bout pour que cesse l’acharnement contre Ahmed, qui manifestait à nos côtés lors des dernières mobilisations du 8 mars. Et que la RATP le sache, nous ne nous tairons pas et nous comptons bien mettre tous les moyens à notre disposition pour porter haut et fort la voix des salariées de la RATP qui relèvent la tête aujourd’hui.

Violences sexistes, violences sociales : même combat !

RDV lundi 10 mai à 12h30 place Lachambeaudie – Paris 12e (métro Cour St Emilion)

Signer la pétition Tous Ahmed




Mots-clés

violences sexistes   /    répression syndicale   /    Transport   /    Du Pain et des Roses   /    Violences faites aux femmes   /    RATP   /    Répression   /    Du Pain et des Roses