^

Notre classe

Acte 36

Ce samedi à Toulouse, les Gilets jaunes exigeaient vérité et justice pour Adama et Steve

Ce 20 juillet, suite à l’appel du Comité Adama pour une marche contre l’autoritarisme et les violences policières, la trente-sixième manifestation des Gilets jaunes partait de la Reynerie, dans le quartier du Mirail à Toulouse.

dimanche 21 juillet

« Nous sommes Gilets jaunes depuis 40 ans » déclarait Assa Traoré au début de la mobilisation. Le 19 juillet 2017 son frère Adama Traoré était tué par un placage ventral par des policiers dans un commissariat, et sa mort est restée cachée pendant de longues heures à sa famille.

Ce 20 juillet, pour l’acte 36 des Gilets jaunes une manifestation était appelée par le collectif Adama à Beaumont-sur-Oise pour continuer le combat pour que justice et vérité soit rendues à Adama et pour toutes les victimes des violences policières dans les quartiers populaires. Une marche contre la répression et les violences de la police, dont les victimes se comptent par centaines, et contre l’autoritarisme de l’État qui se déchaîne contre les Gilets jaunes depuis novembre.

A Toulouse, cet appel a été repris, et un lieu de rendez-vous a été donné à la Reynerie, quartier populaire qui l’an dernier avait connu une vague de révolte extrêmement réprimée après qu’un détenu originaire du quartier a trouvé la mort dans la prison de Seysses, connue pour ses matons particulièrement violents.

Cette violence policière que l’État cherche à justifier par un discours qui criminalise les quartiers et toutes celles et ceux qui osent relever la tête, aujourd’hui est beaucoup plus largement contestée, à l’heure où des milliers de personnes se sont confrontés à cette violence d’État. Zyed, Bouna, Théo, Adama, Rémi, mais aussi Zineb ou Steve : autant de noms qui ont raisonné aujourd’hui, à côté des centaines de personnes blessés ou condamnés depuis le mois de novembre. À l’heure actuelle, aucune enquête sérieuse n’est menée pour faire éclater la vérité sur ces morts, ces blessures et ces disparitions. Au contraire, le gouvernement cherche par tous les moyens à couvrir ces violences et ces meurtres policiers.

Alors que la disparition de Steve à Nantes remonte à une violente charge policière lors de la fête de la musique où 15 personnes sont tombés à l’eau, c’est aujourd’hui la police qui porte aussi plainte pour violences contre des dépositaires de l’autorité publique.

Allant de la Reynerie jusqu’au centre-ville, cette marche a réuni des centaines de personnes, et le cortège a reçu un accueil chaleureux par les habitants de la ville et les automobilistes tout au long du parcours. Tout au long de la manifestation, les Gilets jaunes scandaient « Où est Steve ? » et exigeaient vérité et justice pour Adama, mais aussi pour toutes les autres victimes de violences policières. Peu avant d’arriver au Palais de Justice, où les manifestants ont été accueillis par un dispositif policier impressionnant, un autre cortège de Gilets jaunes, parti du centre-ville, a rallié celui qui venait de la Reynerie.

Au total, malgré une chaleur étouffante, ce sont des centaines de personnes qui ont manifesté dans les rues de Toulouse ce samedi. Une première, pour mettre la situation dans les quartiers et les violences policières au centre, en portant le combat plus général contre ce gouvernement qui précarise autant qu’il matraque.




Mots-clés

Comité Vérité pour Adama   /    Gilets jaunes   /    Adama Traoré   /    Toulouse   /    Violences policières   /    Répression   /    Notre classe